Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Changing Lanes (Dérapages incontrôlés)


USA / 2002

06.11.02
 



BETTER LUCK NEXT TIME





L'intérêt du film réside moins dans la réalisation, plutôt discrète, que dans l'idée de scénario initiale : un accident sans gravité qui prend des proportions de plus en plus importantes au fur et à mesure de l'évolution de l'histoire. Ce qui est séduisant, c'est cette idée d'un " effet papillon ", l'idée d'un événement anodin dont les conséquences apparaissent en fin de donc disproportionnées : on dit ainsi qu'un simple battement d'aile de papillon en un endroit peut finir par provoquer une tempête ailleurs sur la planète. Ici, un accident bénin fait se rencontrer deux hommes et va peu à peu bouleverser leur existence en les emportant dans un torrent de violence de plus en plus injustifiée. Cette seule idée permet au film de gagner l'attention du spectateur, même si le traitement demeure parfois en-deça des espérances qu'un tel sujet pouvait susciter.

Car Dérapages incontrôlés peine parfois à développer son idée : la longue chaîne causale entre l'événement initial (l'accident) et ses multiples conséquences est souvent rompu, dans la mesure où les réactions des personnages sont parfois assez difficiles à comprendre. On ressent ainsi par moments une impression d'artificialité, comme si le scénario cherchait à tout prix un moyen d'emmener ses personnages vers des situations de plus en plus spectaculaires, quitte à mettre entre parenthèse toute vraisemblance psychologique. C'est parfois dommage, car la vraisemblance aurait permis au spectateur de ressentir une impression d'enchaînement implacable dans l'évolution des personnages, et aurait donc favorisé sa participation.

En dépit de ces problèmes dans le développement du scénario, le film demeure agréable à regarder, car les acteurs sont convaincants et les personnages intéressants malgré les invraisemblances signalées. Leur évolution ne se limite en effet pas au seul déchaînement de violence ; au fur et à mesure qu'ils avancent dans l'histoire, ils sont amenés à se retourner sur eux-mêmes, et à reconsidérer leur vie. Le personnage de jeune avocat ambitieux interprété par Ben Affleck prend ainsi peu à peu conscience de la perversion du système dans lequel il évolue. Il réalise qu'à force de compromis vis-à-vis de ses convictions passées, il a peu à peu glissé, au point de se compromettre et d'agir à l'encontre de ces mêmes idéaux. L'intérêt du film est donc de donner de l'épaisseur aux personnages à mesure qu'ils sont conduits dans leurs derniers retranchements ; loin de les réduire à de simples pantins grisés par la vengeance , il les confronte à leur propre violence et les amène à tenter d'en saisir la source. On est donc loin de la violence gratuite de la plupart des films contemporains.
 
benjamin

 
 
 
 

haut