Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Le coeur des hommes


France / 2003

02.04.03
 



A MEN’S WORLD





«- Les hommes, c’est noir !»

Marc Esposito nous offre un spectacle universel par la clairvoyance des sentiments, désirs et frustrations qui habitent le c¦ur de ses personnages et celui de tout homme (et femme !) de cette planète. Avec humour mais sans ironie, le créateur de Studio nous brosse avec brio le portrait peu reluisant et pourtant terriblement attachant d’une brochette de mâles un rien stéréotypés et qui doivent se débattre avec l’amour, la testostérone et les adolescents qui habitent toujours leurs coeurs. Place à l’âge adulte, en théorie, car les difficultés sont nombreuses.
Servi par des acteurs aussi justes que généreux, et dont la connivence est par ailleurs jubilatoire, Le coeur des hommes se lit au premier degré, bien plus léger qu’il n’y paraît dans sa bande-annonce, il se fait tour à tour, sensible, grave, drôle et touchant. Les femmes n’ont pas le plus mauvais rôle d’ailleurs, dans ce film macho, mais pas trop, et Fabienne Babe ou Zoé Félix sortent bien leur épingle du jeu malgré la petitesse de leur rôle en éclairant de façon lumineuse Le coeur de ces hommes comme des balises auxquelles ils peuvent et doivent se raccrocher pour évoluer.
Et, même si Marc Esposito n’échappe pas toujours à la caricature face aux femmes justement, bien trop aimables et pleines de patience avec les caprices de la gente masculine qui ne leur fait pas de cadeau (mention spéciale à Marc Lavoine, parfait en Don Juan se prélassant avec bonheur dans sa mauvaise foi), Le coeur des hommes ouvre à nouveau la voie aux « films de potes », comme on n’en avait pas vu depuis Mes meilleurs copains.
Sans vraiment égaler ses aînés, Sautet ou Robert, Esposito nous permet de passer un bon moment de détente et de ressortir le coeur léger et le sourire aux lèvres.
C’est déjà un joli cadeau.
 
romain

 
 
 
 

haut