Have A Nice Day, en compét à Berlin en 2017, vaut plus que le détour. Un polar à la Tarantino animé et azimuté qui dénonce une Chine bien pourrie par la corruption et la mafia.



A genoux les gars
Bécassine
Have a nice day
How to Talk to Girls at Parties
Jerico
Kuzola, le chant des racines
Le doudou
Rose piment
Sans un bruit
Une prière avant l'aube



L'île aux chiens
La route sauvage
Deadpool 2
En guerre
Senses



Taxi 5
Avengers : Infinity War
Everybody knows
Gringo
Gueule d'ange
L'homme qui tua Don Quichotte
La révolution silencieuse
Manifesto
Plaire, aimer et courir vite
Rampage - Hors de contrôle
Solo: A Star Wars Story
Mon Ket
Une année polaire
Opération Beyrouth
L'extraordinaire voyage du Fakir
3 jours à Quiberon
Hedy Lamarr: From Extase to Wifi
Jurassic World: Fallen Kingdom
La mauvaise réputation
Le voyage de Lila
Ocean's 8
Trois visages
The Cakemaker






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 10

 
La tête de maman


France / 2006

28.03.2007
 



MIEUX VAUT TARD(IEU) QUE JAMAIS





"Qu’est-ce qu’il y a dans la tête de maman ? Qui occupe toute la place ?"

Jamais facile, l’adolescence. Qu’on la vive ou qu’on la raconte, grand est le risque de tomber dans le cliché ou le grand guignol. Intelligemment, Carine Tardieu aborde ce sujet sensible par le biais du rapport à la mère et de la quête d’identité. C’est en effet en se demandant comment sa mère a pu devenir une personne aussi triste et déprimée que son héroïne achève de se construire en tant qu’adulte. Réveiller le passé est pour elle le seul moyen de retrouver ses racines et sa propre vérité. De Lulu, ado rebelle et ronchon, plus prompte à jouer des poings que des sentiments, elle deviendra Lucille, jeune fille en paix avec les autres et surtout avec elle-même.

La démarche de la réalisatrice est intéressante à deux titres : adopter le point de vue de son héroïne, quitte à être injuste ou excessive (comme lorsqu’elle juge sévèrement les autres ou s’imagine une mère de substitution) et rester dans la fantaisie même quand l’avancement de l’intrigue requerrait plus de gravité. Les scènes au zoo et les moments joyeux entre Juliette (Karin Viard très crédible en femme lessivée par la vie) et Jacques (un Kad Merad presque lunaire) apportent une dimension onirique à cette histoire en forme de parabole.

Au fond, que dit le film ? Qu’il faut du temps pour sortir de sa chrysalide. Avec plus ou moins de bonheur, plus ou moins de légèreté, chacun n’aspire au fond qu’à ça, qu’il s’agisse du personnage le plus évident, la jeune Lucille en plein parcours initiatique, ou de Juliette, inéluctablement restée bloquée dans le passé. Que faire de nos vies : aller de l’avant ou ressasser ses erreurs et ses regrets anciens ?

Il y a dans La tête de maman une fraîcheur, une audace narrative qui excusent la plupart des maladresses formelles du film. Les images projetées sur le mur du jardin et les histoires que Lulu se raconte en voix off apportent une vraie originalité à l’intrigue, sans cela assez banale. C’est parfois un peu long, un peu démonstratif, mais l’essentiel est là : l’humanité et la pudeur. On rit souvent, on est parfois au bord des larmes. Dans ce monde qui n’a rien de bienveillant règnent une douceur de vivre, un refus de la résignation, une note d’espoir qui ne sonnent jamais faux. Quand on commence à accepter les autres tels qu’ils sont, à s’intéresser sincèrement à eux, on devient soi-même, un être plus libre et joyeux.
 
MpM

 
 
 
 

haut