alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



2040
Chut...!
Cyrille, agriculteur, 30 ans, 10 vaches...
Dark Waters
Invisible Man
Judy
Juste Sam
L'etat sauvage
Lara Jenkins
Le fils d'un roi
Lucky
Mine de rien
The Boy



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Enfin veuve


France / 2008

16.01.2008
 



LA VEUVE PAS ASSEZ JOYEUSE





«- Son mec, c'est comme la galette des Rois, il veut la tirer une fois par an! » 

Enfin veuve appartient à cette catégorie de film qui pourrait être diffusé un mercredi soir, en drainant deux à trois fois plus de téléspectateurs que ce qu'il fera en salles de cinéma. Le second film d'Isabelle Mergault profite de répliques amusantes, de situations drôles, d'un ton volontairement décalé à l'image de Laroque, la veuve, prise d’un fou rire lors de l’enterrement de son mari. Mergeault, comme pour son premier film, aborde des sujets lourds - la mort, le poids de l'éducation,la difficultés d’assumer ses désirs, de trouver sa place, de sauver les apparences et finalement de s’assumer pleinement. Récité ainsi, on pourrait croire à un film autobiographique. Elle part du postulat que la vie adultérine était plus simple à gérer que le veuvage. La lettre de rupture constitue ainsi l'une des meilleures scènes du film . L'épouse pas sage se fait aider par son amant indécis pour écrire les adieux au mari. Une fois celui-ci disparu, le triangle amoureux se constitue de l'amant, de la veuve et de sa famille.

Bonne dialoguiste, la Mergault nous divertit. Les gags alourdissent le propos et les moments d'émotion sonnent moins juste. Il faut toute l'énergie de Laroque et Gamblin pour produire une alchimie particulière. Le choix des deux comédiens produit l'effet escompté : une comédie charmante, romantique, attirante. Elle tantôt grave, tantôt fofolle, ou lui capable d'imiter une mouette (ou un goéland) remplissent le contrat attendu.
Bonne directrice d'acteurs, la cinéaste a engagé de très bons seconds rôles, et notamment Eva Darlan, Wladimir Yordanoff et Julien Cafaro. On regrette cependant que Claire Nadeau n’ait pas un personnage plus important à défendre. Quant à Tom Morton, il est parfaitement horripilant dans la rôle du fils qui veut trop bien faire. Bref il y en a pour tous les âges ; les bons sentiments ne heurteront personne. En salle ou chez soi, Enfin veuve répondra aux attentes de ceux qui veulent prendre une bouffée d'air iodé. Une forme de positive attitude qui ressemble bien au personnage que Mergeault essaie d'installer dans le cinéma et le théâtre français. Ni plus ni moins.
 
Claire Fayau

 
 
 
 

haut