Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Betty Marcusfeld
Cervin, la montagne du monde
Chambre 212
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
Joker
La fameuse invasion des ours en Sicile
La grande cavale
Nos défaites
On va tout péter
Papicha
Pour Sama
Quelle folie
Soeurs d'armes
Tout est possible



Parasite
Le Roi Lion
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
PS: I Love You


USA / 2007

06.02.2008
 



Ce mélodrame romantique repose en grande partie sur le capital sympathie de ses comédiens. Au-delà, il traite secondairement de la difficulté d'avoir 30 ans et de faire sa vie, de l'amitié (les copines sont très attachantes) et de l'amour filial- ou son manque (petits conflits avec ses parents). Bref, on croirait du Bridget Jones, sans l'humour.





La production, agréable à voir (acteurs sexy, jolies vues de New York, et de la verte Irlande), ne fait pas dans l'originalité. On y joue à fond sur la corde sentimentale, l'amour et la tristesse. Peu importe s'il y a des incohérences ou des clichés, le film veut absolument émouvoir. Le ton est dramatique. Le deuil d'un être cher n'est jamais un sujet amusant, malgré quelques cocasseries, mais de là à verser dans le stéréotype? L'Irlande, c'est si exotique pour des Américaines: c'est la campagne, on y boit et on y chante. Un vraie publicité qui donne envie de prendre un billet illico.
Film plaisant au message "positif", doté d'une BO sympathique, il cible clairement les couples pour une Saint-Valentin à kleenex. Du produit formaté et efficace qui aurait pu aller un peu "au-delà". N'y a-t'il pas une forme de perversité à envoyer des lettres post-mortem ?
 
Claire

 
 
 
 

haut