J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



After : Chapitre 1
Alpha - The Right to Kill
Duelles
El Reino
Fanin hier, aujourd'hui
Just a Gigolo
L'époque
La Camarista
La malédiction de la dame blanche
La princesse des glaces
Le cercle des petits philosophes
Liz et l'oiseau bleu
Menocchio
Monsieur Link
Première campagne
Raoul Taburin
Seule à mon mariage
Working Woman



Green Book: sur les routes du sud
Une intime conviction
La Favorite
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
PS: I Love You


USA / 2007

06.02.2008
 



Ce mélodrame romantique repose en grande partie sur le capital sympathie de ses comédiens. Au-delà, il traite secondairement de la difficulté d'avoir 30 ans et de faire sa vie, de l'amitié (les copines sont très attachantes) et de l'amour filial- ou son manque (petits conflits avec ses parents). Bref, on croirait du Bridget Jones, sans l'humour.





La production, agréable à voir (acteurs sexy, jolies vues de New York, et de la verte Irlande), ne fait pas dans l'originalité. On y joue à fond sur la corde sentimentale, l'amour et la tristesse. Peu importe s'il y a des incohérences ou des clichés, le film veut absolument émouvoir. Le ton est dramatique. Le deuil d'un être cher n'est jamais un sujet amusant, malgré quelques cocasseries, mais de là à verser dans le stéréotype? L'Irlande, c'est si exotique pour des Américaines: c'est la campagne, on y boit et on y chante. Un vraie publicité qui donne envie de prendre un billet illico.
Film plaisant au message "positif", doté d'une BO sympathique, il cible clairement les couples pour une Saint-Valentin à kleenex. Du produit formaté et efficace qui aurait pu aller un peu "au-delà". N'y a-t'il pas une forme de perversité à envoyer des lettres post-mortem ?
 
Claire

 
 
 
 

haut