Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Bienvenue chez les Ch’tis


France / 2008

20.02.2008
 



NORD EXPRESS





“- T’es muté sur Lille.
- L’île ? Quelle île ?”


Dany Boon vient du nord et par tous les chemins, il y revient. Il n’a de cesse de vanter les mérites de sa région natale, que ce soit sur scène ou dans les médias. Ici, il va au bout de sa démarche, faisant de ce film un plébiscite radical du Nord-Pas-de-Calais, autant dire une publicité géante. Son parti pris est de jouer sur les clichés qui entourent cette région réputée austère. Boon ridiculise les préjugés à coup de gags potaches et de répliques travaillées : météo polaire, dialecte incompréhensible, moeurs de sauvages, tout y passe. Dany Boon exploite cette mécanique du rire basée sur les excès qui a fait son succès de showman, et même si certaines scènes cèdent à un humour beauf et lourd (avec la peur du gay, par exemple), la caricature a toujours de quoi faire rire. Cette caricature fonctionne d’ailleurs dans les deux sens. Face aux préjugés et à ses adeptes, Boon met en scène un nord frappé par un angélisme forcené. Il fait de son personnage principal (Kad Merad) un ignare qui s’apprête à s’aventurer sur les terres de Cro-Magnon et qui atterrit au pays des Bisounours. Avec son scénario simplet, sa réalisation stéréotypée qui prépare l’arrivée des vedettes à l’écran (Galabru, Line Renaud), et ce soupçon d’esprit Veber qui plane sur certaines scènes, Bienvenue chez les Ch’tis n’est rien d’autre qu’un sketch de deux heures. Les fans de l’humour Boon y trouveront leur compte. Les autres trouveront le temps long.
 
Karine

 
 
 
 

haut