Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Crimes à Oxford (The Oxford Murders)


Espagne / 2008

26.03.2008
 



ECHEC ET MATHS





“Je préfère faire des erreurs que de ne rien faire du tout.”

En s’aventurant très loin des terres du Crime farpait, Alex de la Iglesia a perdu son humour et, semble t-il, sa personnalité. Malgré son titre à la Agatha Christie et ses références appuyées au maître du genre, Hitchcock, Crimes à Oxford est au thriller ce que “Mon beau sapin” est au hard rock. Le film disserte sans fin sur l’impossibilité d’accéder à une vérité absolue, assassinant éhontément Wittgenstein au passage. Ainsi noyée dans ces causeries insipides, la trame ne procure pas un seul frisson mais au contraire beaucoup d’ennui. Tout ça pour nous infliger une conclusion explicative d’une lourdeur peu commune. L’interprétation n’arrange rien. Dans le duel ambigu et profondément antipathique qui oppose les égos démesurés du jeune coq pataud à qui on ne la fait pas et du vieux singe cabotin à qui on n’apprend pas à faire la grimace, Elijah Wood et John Hurt rivalisent de maladresses. Le seul bon point de cet obscur ratage : il laisse deviner combien Mathématique du crime, le roman policier de Guillermo Martinez ici adapté, regorge des richesses à côté desquelles il est passé.
 
Karine

 
 
 
 

haut