alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Chats par-ci, chats par-là
Couteau suisse
Deux
La fille au bracelet
Le prince oublié
Mamacita
Mickey and the Bear
Nightmare Island
Queen & Slim
Sonic le film
Toutes les vies de Kojin
Tu mourras à 20 ans
Un divan à Tunis



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Beaufort


Israël / 2007

26.03.2008
 



EN SON FOR INTERIEUR





"- Cigarette?
- Je ne fume pas.
- Tu veux commencer?
"

Beaufort aurait pu se situer ailleurs qu'à la frontière israélo-libanaise; n'importe où. Ce Désert des Tartarres est en effet une reconstitution de l'inutlité de la guerre, de l'invisibilité de l'ennemi, de la fragilité du combattant. Une forteresse mythique datant des Croisés, qui a vu passé de nombreux guerriers, de multiples batailles, pour des causes parfois contradictoires. Seul le drapeau flotte. Ce drapeau qui change à chaque "remise des clefs" par l'ex proprio. Il suffit de grimper la montagne, de tuer quelques hommes et de s'en emparer : "ça fait 100 ans que les soldats rament ici." Vanité des peuples et force des symboles. Un bout de tissu qui se fait fouetter par le vent suffit à marque son territoire occupé.
Nous sommes dans un film claustrophobique. La citadelle qui sert de décor est un piège à ciel ouvert, une machine à broyer le moral. C'est aussi un lieu somptueux dominant un paysage magnifique. Mais cette partie "esthétique" que l'on visite au milieu du film n'est qu'un passage insouciant. Il n'y a pas de place pour les insouciants... Il est clair que cette prison est un personnage à part entière du film. Une matrice à problèmes. Les soldats sont à cran, les regards sont intimement liés par leur désespoir, les leurres, mannequins fantoches, ne sont pas différents des vigies réelles. Un lieu entre vie et mort, survie et impuissance. Il s'agit d'un labyrinthe très cinétique, qui aurait pu être encore mieux utilisé par la mise en scène.
Formellement, le film se repose sur un fondement : c'est l'anti jeu vidéo. Les éclairs sont fulgurents, les gestes sont précis, cliniques, documentés, les bavardages remplissent l'ennui de ces soldats oubliés. Parfois, le temps est presque réel. La force de Beaufort provient d'un double apport : les sons électroniques créant une atmosphère pesante et une ponctuation, toutes les trente minutes, où un drame "explosif" survient. La tension est palpable grâce à ces militaires pas franchement sereins. Mais le suspens est plus aléatoire. Il n'est véritablement exploité que dans la première partie du film et son épilogue. Le réalisateur parvient à nous surprendre avec la première explosion, qu'on n'avait pas vu venir. On ne voit jamais arriver l'horreur (sauf celui qui nous fait son numéro un peu trop voyant, dont on voit sa fin survenir). Il réussit aussi à nous émouvoir avec son final, qui n'a pourtant rien de mélodramatique. Joseph Cedar sait installer l'ambiance, prend son temps, parfois un peu trop. Il utilise quelques clichés, quelques grosses ficelles. Il montre son savoir faire quand il utilise l'incertitude comme moteur de l'histoire. Ce hasard et cette dangerosité qui met chacun sur le grill, qui nous fait intégrer la notion de péril. Tout est hostile. Le ciel est même grisé, jamais bleu. Boruillard, fumée d'explosifs, volutes de cigarettes, tout reste flou ou mal cerné. Les couleurs saturées, la terre terne, les habits kakis : rien ne contribue à embellir l'image, poyrtant très soignée.
Entre les impacts et les morts, la psychologie occupe l'espace : les hommes ne rêvent que d'une chose, rentrer chez eux, puisqu'ils n'ont aucune mission à effectuer. Le film survole les problèmes de hiérarchie, les contraintes de la politiques en Israël, la manière dont l'armée parfois est ingrate. Mais surtout Beaufort, très critique sur le système politique, pose la question de la responsabilité de cette guerre : chefs d'etat, chefs d'armée, parents... combien d'enfants morts? Des gamins qu'on verrait plutôt s'éclater dans les boîtes de Tel Aviv et flaner en terrasses plutôt que de les observer en animaux souterrains, oubliant leur condition humaine, ne pensant qu'au sexe, plutôt que de le pratiquer. Ils veulent se tirer et ne peuvent même pas riposter : ces hommes sont définitivement castrés. A quoi sert un soldat s'il ne peut pas tuer?
Le film ne manque pas de vitalité ni d'énergie malgré ses langueurs. Le plaisir est inégal. Grâce à son personnage principal, le spectateur s'identifie à la peur, l'orgueil, la lâcheté, le désir... Notre empathie pour cet homme beau et fort, tout autant que faible, nous permettent de nous scotcher au fauteuil lors des dernières minutes insoutenables. Il y a subistitution, on craint pour nos camarades, on tremble pour cette forteresse. On veut croire que notre héros va se libérer de son boulet, de sa prison, retrouver les siens, oublier les atrocités vécues. Le compte à rebours est cruel avec les nerfs. Et Beaufort, dans son ultime chapitre, devient somptueux grâce à une photo beaucoup plus contrastée. On comprend alors que ce fort était bien plus qu'un lieu, mais une flamme, une foi qui le rongeait. Ce n'est pas la désillusion d'un soldat qui est le fil conducteur d'un film, c'est une sorte de désenchantement. Un retour au monde réel, où le jeu n'en valait peut être pas la chandelle... Où le stortilège disparaît une fois les genoux à terre, l'uniforme enlevé, les mains cachant les larmes d'un jeune homme sur lequel trop de pression pesait sur les épaules.
 
vincy

 
 
 
 

haut