Le Grand Méchant Renard et autres contes est la nouvelle pépite animée de Benjamin Renner (Ernest & Celestine). Cette fois-ci les (més)aventures sont plus loufoques, entre Tex Avery et Wallace & Gromit. Trois petites histoires drôles de bêtes.



Ana, mon amour
AvA
Bad Buzz
Baywatch: alerte à Malibu
Des plans sur la comète
Everything, Everything
It comes at Night
K.O.
Le grand méchant renard et autres contes...
Le Manoir
Les Ex
Macadam Popcorn
Rara
Songs for Madagascar



La Belle et la Bête
L'Opéra
Lettres de la guerre
The Young Lady
On l'appelle Jeeg Robot
Tunnel
I Am Not Your Negro
Les fantômes d'Ismaël
L'amant d'un jour
Psiconautas
Twin Peaks : Fire walk with me



Patients
Sage femme
Baby Boss
Django
Les Gardiens de la Galaxie 2
De toutes mes forces
Emily Dickinson, a Quiet Passion
Message from the King
Alien: Covenant
Departure
L'Amant double
Le Roi Arthur: la légende d'Excalibur
Marie-Francine
Pirates des Caraïbes: La Vengeance de Salazar
Rodin
Churchill
Dora ou les névroses sexuelles de nos parents
HHhH
Le jour d'après
Le Vénérable W.
The Wall
Wonder Woman
Ce qui nous lie
La Momie
Retour à Montauk






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 277

 
Speed Racer


USA / 2008

18.06.2008
 



LA MATRICE DU JEU VIDEO





«- Le petit Speed va redorer le blason de la famille Racer !»

Autant le dire tout de suite, les bambins en culotte courtes seront ravies de ce jeu vidéo live coloré à outrance tandis que les aficionados de Matrix se demanderont ce qu’ils font dans la salle. Car les frères Wachowski, bercés durant leur enfance par la série animée de Tatsuo Yoshida, ont voulu rendre hommage à ce grand classique de l’animation japonaise en réalisant un film destiné avant tout à un public familial. Et si l’entreprise est louable en soi, l’aspect infantile voire infantilisant du résultat laisse songeur quant à la capacité des frangins à créer un film que l’on croirait estampillé Dreamworks.

Speed Racer peut toutefois être vu comme un Disney sous acide avec effet bariolé multicolore en mettant plein la vue. Sur ce point là au moins le film ne ment pas, le style visuel est psychédélique à outrance, dans certaines séquences on se croirait en plein flower power, et ses spectaculaires effets spéciaux repoussent une nouvelles fois les limites du cinéma. Comme dans une gigantesque montagne russe avec une monstrueuse barbe à papa entre les mains le film se déroule à la vitesse de l’éclair, n’ayant que faire d’un véritable langage cinématographique pour mieux exploiter le numérique du XXIème siècle. Alors oui on s’amuse, tout converge à cela, oui on écarquille les yeux, que faire d’autre ?, mais l’impression subsiste de n’assister qu’à un long et parfois épuisant délire de deux potes retombés dans le berceau. Car il n’est pas exclu de faire un film pour enfants tout en tenant un discours sur l’homme, l’innocence, la magie de l’émerveillement, tant d’éléments complètement absents dans Speed Racer.

Les Wachowski auraient mieux fait de revoir les films de Miyazaki, chefs d’œuvre de l’animation s’adressant aux touts petits comme aux plus grands, afin d’appréhender la structure de ce que doit être un vrai film familial, un objet émotif d’où subsiste de belles réflexions sur la nature humaine. Bon s’il vous plait les frangins, vous vous êtes bien amusés, revenez maintenant à quelque chose d’un peu plus sérieux, personne ne vous en voudra.
 
Denis

 
 
 
 

haut