Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 112

 
My Name is Hallam Foe (Hallam Foe)


Royaume Uni / 2007

09.07.2008
 



LA VIE DEVANT LUI





«- Si tu t’habillais pas aussi mal, j’aurai cru que tu étais homo. » p> Les tourments et tournis de l’adolescence, couplés au deuil inconsolable du fils pour sa mère, font de Hallam Foe un personnage romanesque attachant, entre rêveries d’enfant à la Peter Pan et réalités déconnectée d’un schizo. Le film porte en lui le charme de son protagoniste, et nous fait passer un joli moment en sa compagnie.
Qui est Hallam Foe ? Un jeune excentrique observateur, envieur, crutateur, épieur, commentateur, dessinateur, cambrioleur, menteur, manipulateur, inquisiteur, chieur. Dans la peau de Foe, Jamie Bell, chat brûlant les toits, animal farouche avec les femmes, tour à tour sensible, vulnérable, rieur, hâbleur. Faillible, en larmes, lumineux ou héroïque, ni beau, ni laid (ou les deux), ce comédien élastique au visage malléable confirme son talent et porte le film sur ses épaules à peine remises de sa croissance depuis Billy Elliot, et nous emporte dans ses délires fantasques, comme les rats suivaient Pan et sa flûte.

Fou et inquiétant, il se cache de la vie, et de sa propre vie. Préférant les destins des autres par procuration, il essaie de saisir le réel, de le rattraper, mais il est trop tard, ou trop douloureux. Fuite en avant depuis ce deuil non résolu, il oscille entre des pulsions sexuelles naturelles et des envies meurtrières, en passant par une insouciance suicidaire.
Le scénario ne laisse pas de répit, rythmé par sa bande originale rock et électro assez jouissive. Une sorte de Trainspotting moins trash, où l’on frôle la précarité extrême et la douceur anesthésiante de l’embourgeoisement. Entre le je interdit et les jeux interdits, Hallam Foe cherche sa voie, comme un enfant qui mue essaie sa voix.

Mais il est aussi intéressant de comparer cet intrusif de l’intime n’est autre que l’hologramme en chair et en os d’un Big Brother cathodique. Il incarne ces reality-shows en se fourvoyant dans la vie des autres. Cette génération qui ne sait plus où sont les limites entre vie privée et espace public, entre droit à l’image et exhibitionnisme. Même sa propre mise à nu, qui devrait le rendre fragile, ne le gêne pas plus que cela. Il assume son côté tordu, en fait même sa caractéristique pour obtenir ce qu’il veut. Un parfait candidat pour le Loft ou Secret Stroy.
C’est en devenant adulte, en brisant le complexe oedipien (sexe et crime) qu’il va enfin vivre. Cette perversité qui le nourrit en font un personnage cinématographique fascinant, qui palie parfois l’absence d’originalité de l’histoire ou les stéréotypes de certaines situations. Pourtant, Hallam Foe, flirtant avec l’onirisme et le fantaisiste, s’éloigne toujours du pathos pour préférer l’émotionnel. Le spectateur, en empathie avec sa souffrance, comprend alors qu’il peut affronter non pas son avenir mais bien son existence.
 
vincy

 
 
 
 

haut