Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 44

 
Voyage au centre de la terre 3D (Journey to the Center of the Earth)


USA / 2008

16.07.2008
 



TERRES D'AVENTURES





" - Jamais vu de dinosaures ? - En os, pas en chair !"

« Voyage au centre de la terre - 3D » est, comme son nom l’indique, l'adaptation du chef-d'oeuvre de Jules Verne avec la technologie 3D, soit un film d'aventure, avec des acteurs réels comme le cartoonesque Brendan Fraser, ex-Georges de la jungle. Car avec sa tête de dessin animé, et ses muscles saillants qui ressortent très bien avec la 3D ("oh la belle veine!"), Fraser tient le rôle principal et ne s’en sort pas trop mal avec ce scénario qui est loin d’être transcendant (un peu d’humour, d’amour, beaucoup de cascades, et quelques invraisemblances). Le récit, cependant, est rondement mené, ponctué, dès qu'il le faut de scènes d'action qui font sursauter, frémir, palpiter. On pressent là tout le potentiel du cinéma en relief avec quelques séquences marquantes qui rappellent le désormais désuet Jurassic Park.

Côté féminin, Hollywood a choisi une jolie Islandaise (pour plus de réalisme, l’actrice est jolie et islandaise). Avec un gamin en plus - après tout il n'y a pas plus familial que ces épopées de Jules Verne, qui ici retrouvent une nouvelle jeunesse -nos trois héros , phagocytés par les paysages de rêves, confrontés à des créatures irréelles, tentent d"'exister et d'apporter un brin d'humanité à cette déferlante technologique. Pas facile quand, dans une scène, on aperçoit Hannah et Trévor minuscules, de très loin, immergés dans un paysage chimérique…

Mais nous voilà bluffé. On ne peut que remarquer la prouesse technique de ce court long métrage ( 1 heure 34 minutes). (NB : non , çà ne fait pas mal à la tête, juste un peu au nez si vous portez des lunettes de vue en plus …)
La nouvelle technologie qu’il utilise apporte une vraie valeur ajoutée au film au point de s'interroger sur l'intérêt d une version « plate » du film. Certes la déshumanisation du comédien peut inquiéter face à ce diktat de l'effet spécial, mais, a contrario, ce nouvel outil oblige le cinéma à se redécouvrir classique - tant dans le sujet que dans la forme - pour ne pas se perdre...
 
claire, vincy

 
 
 
 

haut