alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Botero
Cuban Network
Des gens passent et j'en oublie
Histoire d'un regard
Jeunes et courts!
Jojo Rabbit
L'esprit de famille
L'odyssée de Choum
La bataille géante de boules de neige 2
Le lion
Les mélancolies de Sade
Les traducteurs
Mission Yéti
Revenir
Slacker
Un jour si blanc
Waves



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Chanson douce
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 67

 
Inju, la bête dans l'ombre


France / 2007

03.09.2008
 



BARBANT SCHROEDER





Bien sûr, vous savez qui je suis, tout le Japon connait mon nom !

La séquence d’ouverture était pourtant prometteuse : dans un Japon atemporel, un détective valeureux poursuit un tueur masqué cruel et rusé. Le sang gicle, les têtes tombent, et une musique de circonstance accompagne le moindre mouvement de caméra. On se sent en terrain connu avec cette parodie de thriller cheap mais savoureux sous le signe duquel on imagine Barbet Schroeder avoir placé Inju. Et puis la véritable intrigue commence et l’on se met vite à déchanter. Passée les scènes d’exposition, qui laissaient espérer une plongée vertigineuse dans un monde sulfureux et violent, l’action devient principalement cérébrale : construction et déconstruction de l’énigme, recueil d’indices, recherche de réponses… Même le parfum de souffre est vite éventé : le sexe est quasiment absent, à peine suggéré dans une ou deux séquences sado-masochistes systématiquement écourtées, ou réduit à une scène grotesque d’interminable suçage d’orteils.

Et ce n’est pas l’intrigue elle-même, cette enquête sur l’identité d’un mystérieux écrivain-tueur, qui risque de sauver le film, tant elle est bourrée d’invraisemblances et de fausses pistes facilement identifiables comme telles. Schroeder essaye bien de jouer au chat et à la souris avec son spectateur, comme son héros maléfique le fait avec le malheureux Alex Fayard (incarné par un Benoit Magimel encore plus falot qu’à l’ordinaire), mais cela ne lui réussit pas. Plus malin que l’écrivain imbu de lui-même, le cinéphile a tôt fait d’anticiper les retournements et de deviner les ficelles. Sans compter que lui est capable de reconnaître une femme fatale quand il en croise une… Ce qui aurait dû être un véritable jeu de piste tourne alors à la révélation progressive de choses que l’on savait déjà. La grande scène des explications finales est d’ailleurs si bâclée qu’elle confirme le sentiment que tout cela n’est qu’un prétexte.

Un prétexte à quoi, la question demeure. Schroeder n’explore aucune des pistes qu’il lance (rapport entre plaisir et douleur, absence de limites morales, suprématie du mal sur le bien…) et ne parvient même pas à saisir correctement l’essence de cette société japonaise dans laquelle se déroule l’intrigue. Loin de tenir vraiment compte de ses codes et de ses coutumes, il en fait un joli décor de circonstance, avec Geisha fascinante et seconds rôles exotiques. On est même dans le plus pur stéréotype avec le portrait peu amène fait de la femme asiatique (forcément perverse et fourbe) de même qu’avec l’ethnocentrisme caricatural du personnage principal, qui débarque à Kyoto comme en terrain conquis et s’autoproclame spécialiste du plus grand écrivain local sans en maîtriser la langue. Partant de là, malgré un projet extrêmement excitant sur le papier, il ne reste à l’arrivée pas grand-chose à sauver d’Inju. On en serait presque à souhaiter un remake avec quelqu’un d’autre dans le rôle principal et un scénario qui tienne la route…
 
MpM

 
 
 
 

haut