Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
Madagascar 2 (Madagascar: Escape 2 Africa)


USA / 2008

19.11.2008 (Paris) / 03.12.2008 (France)
 



DRÔLES DE ZEBRES





«- Manhattan manque de deux choses : des parkings et des hippos. »

Il y a une étoile de différence entre le premier et le deuxième Madagascar. La première aventure était trop simpliste, trop gentille, pas assez décalée, ni finement écrite. Le divertissement « premier degré » où les seconds rôles fournissaient l’essentiel du travail humoristique.
En trois ans, Madagascar a amélioré son script, ses personnages principaux et s’offre, enfin, une certaine liberté dans l’impertinence. Ce délire trouve même quelques jolies idées créatives comme cet avion décollant grâce à un lance-pierre (« Qui a dire que les pingouins ne volaient pas ? ») ou cette négociation syndicale absurde et croquignolesque. Evidemment la parodie y a une belle place : des touristes Américains qui se prennent pour des participants à Koh-Lanta, un hippo hip hop macho et dragueur, une séance de Kung fu sur des airs à la Sergio Leone… et bien entendu Le Roi Lion. Ironiquement, le patron du studio producteur, Jeffrey Katzenberg avait claqué la porte de Disney à cause de l’ingratitude de son employeur devenu leader hollywoodien grâce à ce Roi Lion. Avec Madagascar 2, il se moque de Scar, transformé en Elvis ringard, et de cette histoire de trahison féline. Ici le lion est plutôt Roi de la comédie (et donc de New York). Et pour bien marquer sa différence avec Disney, Katzenberg et DreamWorks font d’une grand-mère fourbe et despotique, une sorte de Capitaine Crochet de la jungle. Délicieusement incorrect.
Madagascar pourrait d’ailleurs s’avérer une franchise à fort potentiel en axant sa narration sur les cinglés qui composent son bestiaire. Leur aliénation est clairement le socle le plus solide pour décliner l’histoire et refléter nos névroses. Tous tarés. Et en premier lieu, les humains, ou ceux qui les copient dans leurs pires travers : Madagascar 2 porte un discours virulent sur le tempérament occidental en milieu extérieur.
Le scénario ne laisse aucun temps morts, alternant règlements de comptes, déclarations d’amour, flash back, traumas freudiens, grand huit pour l’action et quelques séquences d’émotion. Et toujours ce sous-texte sur les discriminations (surpoids, complexé, nerds…) et notamment homosexuel où notre ami le Lion ne drague jamais, a un seul ami, le zèbre et se fait dire « Rien ne serait arrivé si tu avais été un vrai Lion ». Un lion qui préfère danser dès son plus jeune âge, c’est louche… Le quatuor initial se mue en double duo. Le film, certes classique, est moins primitif et gagne, légèrement, en profondeur.
La mise en scène colle très bien à ce film déjanté et ne perd aucun de ses protagonistes en route, malgré cette escale africaine régénérée par son milieu naturel. Courez y « vite avant qu’on retrouve la raison ».
 
vincy

 
 
 
 

haut