Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Une Famille chinoise (Zuo you)


Chine / 2007

26.11.2008
 



BABY BLUES





“A l’avenir, essaie de pleurer moins souvent. Surtout en présence de Hehe.”

Ours d’argent du meilleur scénario à Berlin en 2008, le dernier film de Wang Xiaoshuai touche à la question du bébé-médicament mais évite soigneusement d’aborder l’aspect éthique de cette pratique pour focaliser sur le drame humain. En effet, le réalisateur s’intéresse moins au débat sur ces bébés conçus dans le seul but d’en sauver d’autres qu’aux préoccupations, dilemmes et souffrances des parents qui doivent faire face à la mort imminente de leur enfant. Il donne à son scénario une portée universelle en le situant dans un décor morose, a priori peu chinois puisque débarrassé de tout folklore local.
Pourtant, celui-ci s’inscrit dans une réalité plus que jamais chinoise puisqu’il met en scène des parents divorcés dans un pays qui a adopté la loi sur l’enfant unique, loi certes assouplie mais toujours en vigueur. La conception d’un bébé génétiquement compatible avec l’enfant malade impliquant pour les nouveaux conjoints respectifs un sacrifice de taille, celui de pouvoir fonder leur propre famille. Une histoire “digne d’une série télé”, jouée d’ailleurs par des comédiens issus du petit écran…
A la différence notable que Wang Xiaoshuai est bel et bien cinéaste. Il filme avec une pudeur infinie, même lorsque les corps se cassent sous la douleur et que les larmes déchirent les visages. Aucune surcharge musicale ne vient alourdir l’image, bien au contraire. On n’entend que quelques notes se répéter de temps à autres. Et si parfois ce dépouillement nuit à l’émotion, il a le mérite d’éviter tout le pathos dégoulinant auquel cette histoire se prête pourtant parfaitement. Le quatuor d’adultes engagés dans cet imbroglio intime et social offre d’ailleurs un éventail assez exhaustif des réactions potentielles face à une telle situation. Avec la figure classique de la Mère Courage qui lutte férocement pour sauver sa fille à n’importe quel prix, le père aux velléités égoïstes, la belle-mère farouchement opposée à l’idée de laisser son mari procréer avec son ex femme. Et, surtout, le beau-père, qui part acheter des cigarettes, plus pour fuir que pour maîtriser ses émotions. Plus papa que le père biologique, c’est le personnage le plus touchant, peut-être parce que le plus en intériorité. Particulièrement délicat, Une Famille chinoise nous raconte l’amour, l’espoir, la mort, la vie.
 
Karine

 
 
 
 

haut