Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Yes Man


USA / 2008

21.01.2009
 



POSITIVE ATTITUDE





“Non, c’est non.”

Yes Man, c’est un peu le cercle des "pouets" disparus, une comédie romantique à gags avec comme grande leçon de vie la fameuse locution latine “carpe diem”. A savoir que la vie est trop courte pour passer à côté, secouons-nous que diable, il faut dire oui à la vie, même si l’eau ça mouille. En pleine ère du “yes, we can”, ce message positiviste devrait trouver quelques oreilles attentives, d’autant que l’on sait que le public raffole particulièrement des histoires shootées à l’optimisme comme Amélie Poulain et le plus récent Bienvenue chez les Ch’tis. Et tout comme pour les Ch’tis, il faut déjà adhérer un minimum à la figure centrale du film pour suivre sans agacement ses aventures grimaçantes. Jim Carey ne peut évidemment s’empêcher d’en faire trop en menteur, menteur trop benêt pour comprendre ce que le spectateur aura saisi dès les premières minutes, condition sine qua non aux multiples péripéties du film et à l’élévation morale de son héros qui apprendra à s’ouvrir et à donner. Une catharsis qui rappelle les "renaissances" évangéliques.

Pour le reste, rien de remarquable au niveau de la créativité, mais rien de prétentieux non plus. L’ensemble s’avère conventionnel, sans surprise, en un mot quelconque. Avec, en bonus, une musique ringarde en fond sonore. Ni subtil, ni trop bête, même si le scénario se mord vite la queue et que le film conclut ironiquement et logiquement par cette autre vérité : il faut apprendre à dire non pour être heureux. On retiendra quand même la séquence du meeting avec Terence Stamp en gourou du oui et son armée de recrues fanatiques.
 
Karine

 
 
 
 

haut