Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Yes Man


USA / 2008

21.01.2009
 



POSITIVE ATTITUDE





“Non, c’est non.”

Yes Man, c’est un peu le cercle des "pouets" disparus, une comédie romantique à gags avec comme grande leçon de vie la fameuse locution latine “carpe diem”. A savoir que la vie est trop courte pour passer à côté, secouons-nous que diable, il faut dire oui à la vie, même si l’eau ça mouille. En pleine ère du “yes, we can”, ce message positiviste devrait trouver quelques oreilles attentives, d’autant que l’on sait que le public raffole particulièrement des histoires shootées à l’optimisme comme Amélie Poulain et le plus récent Bienvenue chez les Ch’tis. Et tout comme pour les Ch’tis, il faut déjà adhérer un minimum à la figure centrale du film pour suivre sans agacement ses aventures grimaçantes. Jim Carey ne peut évidemment s’empêcher d’en faire trop en menteur, menteur trop benêt pour comprendre ce que le spectateur aura saisi dès les premières minutes, condition sine qua non aux multiples péripéties du film et à l’élévation morale de son héros qui apprendra à s’ouvrir et à donner. Une catharsis qui rappelle les "renaissances" évangéliques.

Pour le reste, rien de remarquable au niveau de la créativité, mais rien de prétentieux non plus. L’ensemble s’avère conventionnel, sans surprise, en un mot quelconque. Avec, en bonus, une musique ringarde en fond sonore. Ni subtil, ni trop bête, même si le scénario se mord vite la queue et que le film conclut ironiquement et logiquement par cette autre vérité : il faut apprendre à dire non pour être heureux. On retiendra quand même la séquence du meeting avec Terence Stamp en gourou du oui et son armée de recrues fanatiques.
 
Karine

 
 
 
 

haut