Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 63

 
Palace pour chiens (Hotel for dogs)


USA / 2008

18.02.2009
 



LOYAL CANIN

Le livre Bye Bye Bahia



"On va avoir des ennuis comme jamais, mais on sauve les chiens, et c’est tout ce qui compte !"

On peut choisir de ne voir dans Palace pour chien qu’une comédie de plus destinée à un public préado plutôt indulgent. C’est vrai, la trame narrative est extrêmement classique, l’introduction et certains séquences franchement laborieuses, l’humour parfois maladroit et les personnages stéréotypés. En plus, c’est bourré de bons sentiments.

Pourtant, derrière l’apparente banalité de l’intrigue se cache une histoire relativement inventive (notamment les différents "gadgets" inventés par Bruce pour répondre aux besoins des chiens, comme les moutons sur roulettes ou les simulateurs de route) et surtout un message beaucoup moins niais qu’il n’y paraît. Car ce que défend le film, c’est rien moins que la nécessité de suivre son cœur et de se battre pour des valeurs auxquelles on croit. Les jeunes héros du film prennent en effet tous les risques (et renoncent même à une vie meilleure dans une famille plus aimante) pour lutter contre ce qu’ils considèrent comme une injustice insupportable. Fini l’individualisme forcené et place à une solidarité inconditionnelle où le "rebus de la société" (symbolisé par ces chiens errants miteux, dont personne ne veut et qui n’ont nulle part où aller) mérite qu’on risque sa vie pour le sauver. Et voilà que le film se transforme quasiment en appel à l’insoumission et à la désobéissance civique !

Les personnages en tout cas, peuvent être aisément érigés en modèles pour futurs citoyens responsables. Assumer ses actes, se battre pour ses convictions, respecter les spécificités de chacun… autant de comportements à imiter sans modération. Sans compter que l’hymne à la famille qui sous-tend le reste du film se veut une apologie des familles que l’on se choisit, métissées et diverses, où les liens du sang, la couleur de la peau ou les défauts physiques n’importent pas. Alors, parce que l’on se sent d’humeur particulièrement optimiste depuis l’élection de Barak Obama à la présidence des Etats-Unis, on aimerait voir dans ce film la métaphore d’une Amérique qui transcende ses peurs pour venir en aide aux plus faibles. Un signe qui ne trompe pas ? Ce sont les enfants qui donnent une bonne leçon de vie à des adultes lâches, voire totalement stupides. La preuve que les nouvelles générations peuvent et doivent faire mieux que leurs parents…
 
MpM

 
 
 
 

haut