Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde. sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | istanbul escort | sex toys | vibrators



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Welcome


France / 2008

11.03.2009
 



DEUX HOMMES EN COLERE





"- Tu sais ce que ça veut dire quand on commence à interdire l’entrée des magasins aux gens ? Tu veux que je t’achète un livre d’histoire ?
- Tu veux faire quoi ?
- Me mettre en colère.
"

Tiens, et si l’on se mettait en colère ? C’est presque une invitation, celle de Philippe Lioret. Cinéaste apprécié pour ses films grand public, en général simples, émouvants et sensibles, il nous lance avec ce Welcome une forme de manifeste. Sans se départir de son style, une mise en scène classique et discrète entièrement au service de l’intrigue, le réalisateur de Je vais bien ne t’en fais pas et de Mademoiselle s’érige en observateur citoyen des dérives de notre société. Pas de pathos, pas de morale, juste un regard qui ose affronter les réalités que l’on préférerait certainement glisser sous le tapis, celles de ces réfugiés que l’on tolère sur le territoire français en toute hypocrisie, sans les renvoyer (car venant de pays en guerre) mais sans les aider non plus. Parqués dans un no man’s land désolé près de la ville de Calais, ils ne peuvent ni partir, ni rester, et s’étiolent, voire se détruisent, à tenter de rallier "l’Eldorado" britannique par tous les moyens.

Pour donner le contrepoint, le scénario introduit deux personnages confrontés à cette réalité sordide. D’une part Marion, bénévole qui distribue de la nourriture et des vêtements aux réfugiés, mais refuse de dépasser les limites de la stricte légalité, et d’autre part Simon, qui ne porte pas un grand intérêt à la question. "Tu veux faire quoi ?" demande-t-il d’un air résigné à son ex-compagne. Pas vraiment militant dans l'âme. Et pourtant, lorsque par un concours de circonstances, il apprend à connaître l'un de ces jeunes réfugiés, Bilal, il devient peu à peu prêt à tout pour l’aider : l’indifférence ne tient plus à partir du moment où l’on connaît les gens par leur nom et que l’on a entendu leur histoire. Les autorités le savent bien, qui tentent d’empêcher tout contact et d’ériger une invisible et infranchissable barrière entre "eux" et "nous". En cela, on rejoint les récents films sur le sujet comme The Visitor et Gran Torino. Des hommes indifférents, transparents, dépassés, qui ont de l'empathie pour un jeune issu d'une autre culture, en proie à des problèmes sociaux et politiques liés à leurs racines.

Principes élémentaires d'humanité

En plus d’être une voix audible et intelligente dans le concert des protestations ambiant, Philippe Lioret interroge en profondeur la nature d’une société régie par la peur. Avec justesse, il montre cette lutte acharnée des représentants de l’ordre pour empêcher toute compassion et saper toute solidarité : harcèlement des bénévoles qui tentent de secourir les réfugiés, intrusion policière dans la vie privée de ceux qui refusent de s’écraser, mélange de menaces, d’intimidation et de poursuites judiciaires… Le parallèle que ces faits font immanquablement naître entre notre époque et celle de Vichy n’est pas si artificiel, ou facile, que l’on pourrait croire. Il montre les limites de la loi et de la justice, dès lors qu’elles bafouent les principes élémentaires d’humanité. Où, mieux qu’en France, on pourrait se souvenir qu’aucune autorité ne peut nous empêcher de secourir une personne en difficulté, de donner à manger à celui qui a faim ou d’offrir un toit à qui en a besoin, juif, résistant ou émigré en situation irrégulière ?!

Et pourtant, le portrait que Philippe Lioret, Olivier Adam et Emmanuel Courcol dressent de la France, patrie des Droits de l’Homme, après avoir rencontré des bénévoles quotidiennement aux prises avec cette situation, donne tout simplement envie de vomir. Heureusement, en évitant tout sensationnalisme, le film parvient à convertir ces sentiments mêlés de honte et d’incommensurable tristesse en une énergie brute de révolte et de colère qui laisse présager une vraie prise de conscience chez ceux qui, jusque-là, appartenaient comme Simon au camp des indifférents. Face à ceux qui s'enthousiasment d'être scannés à nu par "Big Brother", il existe toujours une limite à partir de laquelle les "bons" citoyens se révoltent face à l’injustice. Cette limite, enfin, semble atteinte.
 
MpM

 
 
 
 

haut