Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Anthropocène
In Fabric
Joyeuse retraite!
Knives and skin
L'incinérateur de cadavres
La reine des neiges 2
Le Roi
Les éblouis
Les enfants d'Isadora
Les misérables
Nouvelle cordée
Pat et Mat en hiver
Pirouette et le sapin de noël
Quand les filles flirtaient avec les dieux
Temporada
Terminal sud



Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 38

 
Fausta (La teta asustada)


/ 2009

17.10.2009
 



LE LAIT DE LA TENDRESSE HUMAINE





Etrange que ce film très auteurisant ait obtenu une si prestigieuse récompense que l’Ours d’or à Berlin. Non pas qu’il soit médiocre ou même décevant, mais il ne parvient jamais à surprendre le spectateur ni même à sortir de son formalisme. La teta asusteda effleure les méotions comme un conte qui se veut pus symbolique que réaliste. Pourtant le réel est bien présent. Avec ce Pérou méconnu en arrière plan, l’œuvre explore les rapports entre communautés, entre classes sociales. A travers son héroïne, une jeune femme introvertie, peureuse, mutique, prisonnière de son héritage, on observe un village fermée sur ses traditions et une villa cossue cloisonnée au cœur de la ville. C’est cet hymne à l’ouverture qui émeut dans Fausta.

Car, si l’on surmonte la lenteur du montage et quelques scènes convenues ou trop cryptées, La teta asusteda s’avère un joli voyage, mélancolique et rempli d’espoir. Chacun analysera à sa façon les allégories de ce drame optimiste. Mais il reste les images poétiques, furtives ou contemplatives, ces escaliers infinis, pour nous évader. Cela compense des images ou des séquences plus faciles, déjà vues, typiques d’un certain cinéma – l’ignorante bercée par la musique ou encore le rituel du mariage. Mais le personnage féminin traumatisé dès la naissance efface rapidement ces faiblesses. Cela tient beaucoup à l’actrice, Magaly Solier. Cela nous rappellerait presque la révélation de Catalina Sandino Moreno dans Maria Full of Grace. En s’épanouissant, en prenant confiance en elle, au contact des autres, elle séduit par empathie.

Elle transporte ses secrets, ses chansons qu’elle invente, sa gentillesse avec grâce. Et puis elle porte en elle cette pomme de terre, arme contre le mal, mistigri contre les mythes qui ont la vie dure, remède conte ce lait matenel empoisonné par un crime antérieur. Cette patate encombrante, ce poids dont il va falloir se débarrasser. Comme un trop gros véhicule à l’entrée d’un tunnel. La métaphore est belle. Mais cela ne suffit pas à en faire un grand film. Fausta est avant tout un magnifique personnage.
 
vincy

 
 
 
 

haut