Avec Etre vivant et le savoir, Alain Cavalier montre que l'art rend hommage à l'art, que le cinéma peut être un hommage grâce à l'image. Dialogue incessant entre le réel des vivants et les souvenirs d'une morte, le film est d'une poésie sublime.



11 fois Fatima
Amazing Grace
Charlotte a 17 ans
Cyrano et la petite valise
Etre vivant et le savoir
Face au vent
Greta
L'autre continent
L'enseignante
Le chant de la couleuvre
Les Particules
Lucie, après moi le déluge
Lune de miel
Ma
Men in Black International
Palmyre
Parasite
Permaculture
Roxane
Salauds de pauvres
Sillages
Un havre de paix
X-Men: Dark Phoenix
Zombi Child



90's
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel



Le garçon qui dompta le vent
Triple frontière
Dumbo
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
Girlfriend Experience (The Girlfriend Experience)


USA / 2009

08.07.2009
 



EXPERIENCE FRIGIDE





Sexe , mensonges et vidéo (numérique): Soderbergh maîtrise le sujet. Après le dyptique mabitieux autour du Che, il se lance dans un (petit) film assez expérimental en forme de puzzle autour d'une "escort girl" maquée à un coach sportif. Une anti-Pretty Woman trash et classe ou le pendant féminin du Toy boy qui l'affronte en salles cette semaine.

Pas de sexe ici. Juste des va-et-vient dans le récit. Et aucune jouissance particulière. Que les fans de Sasha Grey (actrice porno qui ne se débrouille pas trop mal en actrice tout court) se rassurent : ils pourront admirer sa plastique en lingerie ou même la voir furtivement nue. Cette pudeur rendrait presque l'exercice vain, stérile. Avec son côté blindé mais naïve, business girl mais paumé, apathique mais finalement midinette, elle rend le personnage à la fois attachant et tête à claques.

Si l'on suit ses (més)aventures sans trop d'ennui mais sans grande passion , on s'ennuie fermement en écoutant cette voix off nous racontant ses rencontres avec les clients. Rien de sulfureux.
Heureusement le film offre une autre facette du puzzle tout aussi (voire plus intéressante : la réflexion sur la crise américaine, et le contexte politique pré- Obama. Soderbergh remplit son œuvre de clins d'œil et références historiques. La crise financière comme les batailles idéologiques en font presque un documentaire sociologique.
Film court un peu décousu avec une fin proche de l'éjaculation précoce, Girlfriend experience s'avère un Soderbergh mineur et oubliable.
 
Claire

 
 
 
 

haut