Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 45

 
Les derniers jours du monde


France / 2009

19.08.2009
 



LA MORT AUX TROUSSES





Quelle est votre définition de la liberté ?... Personnellement, il me semble que ce mot est plus goûteux quand il nous invite à vivre l’instant présent en équilibre au bord d’une falaise face à l’océan brumeux. Comme si l’existence daignait nous accorder une visibilité de six mois tout au plus et nous offrir, au-delà du brouillard indéchiffrable, mille et un courants d’air plus ou moins magiques, un grand nombre de promesses palpitantes parce qu’inédites… Le dernier opus d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu - le plus ambitieux et le plus abouti de leur filmographie – étreint en permanence cette impression de liberté tant il semble s’écrire sous nos yeux. Patchwork haletant où se mêle l’hier, le présent et le no futur. Tribulations gigognes composées de suspense, de sensualité et d’émotions. Road-movie jubilatoire à contre foule, à rebrousse temps. Pure exaltation de cinéma !
Gaulé comme un piou piou, Robinson Laborde est un trentenaire bobo qui exerce un métier « doinelien » : représentant de bains taïwanais ! Depuis qu’il en pince et se consume pour Leatitia l’androgyne, Robinson a tout perdu : sa femme, son travail et surtout… sa main ! S’accrochant à son amour envolé, prêt à reprendre son pied quitte à se faire bouffer le bras, l’amant déchu traîne à Biarritz dans un climat de fin du monde.

Telle une montgolfière qui se déleste de ses sacs de sable pour mieux s’envoler, le protagoniste, lors d’un voyage physique (retrouver sa fille en Espagne afin de s’embarquer sur un bateau pour échapper au chaos) et métaphysique (une succession de flashbacks/psychodrames aux quatre coins du globe), va perdre un à un ceux qui l’entourent pour se retrouver, nu comme Adam, face à l’ultime souvenir partagé avec son amour fatal.
Au-delà de son intrigue apocalyptique, Les derniers jours du monde conte (et je pèse ce mot tant cette œuvre est psychanalytique) un parcours existentiel, un trajet vers l’essentiel, un voyage à la Voltaire (Candide/Robinson dont le regard globuleux semble découvrir le monde), une errance à la Jonathan Swift (Gulliver/Robinson est un Lilliputien parmi la fourmilière humaine, mais un géant au pays de sa mémoire), la quête d’un paradis perdu à la Daniel Defoe (Crusoë-Vendredi/Robinson-Laetitia).

La règle du je

L’aptitude de Robinson Laborde à trouver mauvaise chaussure à son pied est édifiante. Aucun des personnages qui l’entoure et succombe à son charme ne semble lui convenir. Il faut saluer cette dissonance perpétuelle de casting qui isole peu à peu Mathieu Amalric pendant son périple.
Après un rendez-vous manqué il y a six ans pour Un homme, un vrai où Karin Viard devait incarner la femme de Mathieu Amalric, les réalisateurs parviennent enfin à concrétiser ce couple à l’écran. Suite à une succession de choix pour le moins hasardeux, Karin Viard explose littéralement dans un rôle de femme de tête. Dominante, Judith oeuvre dans les hautes sphères humanitaires. Elle moule ses formes, étouffe sa sensualité dans des robes aux couleurs militaires. Lorsqu’elle retrouve Robinson, ses seins et son con accueillants surgissent du carcan aussi fort que son relent d’amour pour son ex-époux. Robinson, lui, ne peut se résoudre à refaire sa vie avec elle. Dans une audace scénaristique d’une violence inouïe, une roquette pulvérise le camion de Judith. Du coup, elle disparaît de la vie du héros !

Catherine Frot incarne Ombeline (prénom à la Valérie Lemercier !), une papetière barriote voisine de Robinson. Larguée par son mari, elle retrouve le manchot sur les routes de l’exode vers l’Espagne. Dans un hôtel aux allures de chapelle gothique, Ombeline se donne à Robinson. Il la prend par derrière et éjacule illico dans la lumière du jour face à des cimes en forme de phallus. Dans un univers hors des sentiers battus, le talent tragi-comique et le physique à la fois sage et inquiétant de Catherine Frot s’épanouissent pleinement. Quand elle confie son passé amoureux à Robinson, une pluie de cendre interrompt ses confidences. Lorsqu’elle lui avoue avoir été la maîtresse de son père, ce sont les bombes d’un attentat terroriste qui abrègent sa confession !

Pour incarner Laetitia, déesse tatouée, les réalisateurs ont choisi le mannequin Omahyra Mota. Tête de garçon sur corps de fille gracile, elle surgit dans l’histoire au bord des flots tel un ange destructeur en longue robe de dentelle blanche. Les lèvres boudeuses de cette Eve semblent avoir croqué toutes les pommes de l’Eden. Comme Eros et Thanatos, Laetitia et Robinson s’aiment et se déchirent dans un conflit ambivalent. Ils finissent foudroyés par un éclair nucléaire surgissant des ténèbres.
La liberté sexuelle chère aux cinéastes prend corps avec Sergi Lopez alias Théo, le ténor. Dans la scène la plus troublante du film, "Hardy Lopez" cède à ses penchants et lèche avec avidité les lèvres de "Laurel Amalric". Pour calmer les ardeurs de ce King Kong d’opéra, Robinson lui murmure qu’il sent fort. Théo, au sortir de la douche, offre une derrière fois son corps et son sexe gonflé aux caresses du soleil avant de se jeter par la fenêtre.
Un à un, les personnages abandonnent le récit et condamnent Robinson à l’ultime solitude. À cette règle du « je » en équilibre sur le fil du fantasme et de la réalité, de la vie et de la mort, Mathieu Amalric se donne tout entier, corps et âme. Grâce à sa composition fragile dissimulant une belle solidité d’acteur, il donne au spectateur l’impression délicieuse d’être « à la maison » chez les Larrieux comme chez Desplechin.

Alfred, Stanley, François… et les autres

Plus James Steward que Cary Grant, Mathieu Amalric voyage dans un film à la Alfred Hitchcock de l’âge d’or hollywoodien. La séquence de l’opéra n’est pas sans rappeler le climax de L’homme qui en savait trop et Robinson Laborde est sans cesse ballotté par les rebondissements du récit comme Roger Thornhill dans La mort aux trousses. Au fil de ses pérégrinations, le héros traverse Paris éclairée par une torche qui "expressionnise à l’allemande" la capitale. Il erre dans un Biarritz aussi mystérieux et mélancolique que celui de l’Hôtel des Amériques de André Téchiné. Les scènes de foule lors de la féria de Pamplune ont des allures de Guerres du monde de Steven Spielberg. Les scaphandriers de science fiction évoquent Fahrenheit 451 de François Truffaut. Les bains publics et les sources chaudes de l’Asie rendent hommage à Yasujiro Ozu. Les grands espaces enneigés du Grand Nord à Joël et Ethan Cohen. Un palace de style pop art aux laques acidulées à Pedro Almodovar…

Débarrassé de tous ses prétendants, Robinson atterrit dans un Château du Lot où une fête décadente l’attend. Dans cet antre, il devient l’objet de tous les désirs dans un monument où se succèdent de multiples références : un rituel digne de Eyes wide shut de Stanley Kubrick, Sabine Azéma en robe Christian Lacroix dans un caméo à la Jean Cocteau et Jacques Demy, une porn-trash-vidéo malsaine à la David Lynch, des groupes de cadavres disposés à la Luchino Visconti et une poignée de domestiques débrouillards comme ceux de La règle du jeu de Jean Renoir.
Tout au long du film éclairé par la lumière magnifique de Thierry Arbogast, les ellipses accentuent le tumulte du chaos. Filmé hors champs le plus souvent, le déclin de l’humanité allié aux pulsions de Robinson aiguise et excite l’imaginaire du spectateur.

Lors de la rencontre de Robinson et de Laetitia, l’homme suit la jeune fille. Soudain, elle disparaît dans la nuit. Il la cherche sur le port de Biarritz. Emprunte un ponton. Robinson entend alors en off les pas de l’androgyne. Il se couche dans la cale d’un bateau. Les jambes de Laetitia lui apparaissent dénudées jusqu’à la taille. Robinson plonge son visage dans le sexe offert.
Le passage de la vie à la mort d’Iris (Clotilde Hesme), la fille présumée de Théo, est d’une beauté à la fois pure et envoûtante. Une succession de champs-contrechamps montre les lèvres étonnées de la comédienne, ses yeux clairs hypnotisés par des carrés de lumières aux reflets aquatiques. Cette alternance de plans, comme le bruit des pas prédateurs de Laetitia, s’inspire bien sûr de La Féline et montre que la grâce du cinéma modeste de Jacques Tourneur demeure toujours.
À l’heure des transhumances estivales, cédez au voyage géographique, picaresque et tumultueux des frères Larrieux. Même si Les derniers jours du monde a du mal à trouver sa fin, qui les blâmerait ? N’est-il pas humain de vouloir retenir le temps au seuil de la mort ?...
 
Benoit

 
 
 
 

haut