Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Persécution


France / 2009

09.12.2009
 



L’HOMME BLESSANT





"Les trois quarts des choses te passent à côté, c’est émouvant ".

Patrice Chéreau poursuit son exploration des relations humaines en se penchant sur le cas d’un couple de trentenaires qui "dysfonctionne". Son propos est a priori limpide : montrer comment l’un des deux en arrive à persécuter l’autre par simple peur de le perdre. En tout cas, c’est ce qu’il explique fort bien dans le dossier de presse qui accompagne le film. Parce qu’à l’écran, ce n’est pas si évident.

On voit le personnage principal (Romain Duris) parler fort et abondamment, se poser trop de questions et s’agiter en tout sens tandis que sa compagne sourit sereinement, s’exprime peu, prend des poses mélancoliques. La plupart du temps, d’ailleurs, elle n’est pas là. Daniel fonctionne alors dans d’autres duos : avec des personnages âgées qu’il va visiter en secret, avec l’un ou l’autre de ses amis, et surtout avec un être encore plus paumé que lui (Jean-Hugues Anglade, en grande forme), surnommé "le fou", qui lui voue un amour passionné et inconditionnel. Daniel, logiquement, se sent persécuté. Réagit avec violence, philosophie, ennui, colère, mais sans réussir à se défaire de cette présence indésirable.

Passé cette exposition succincte, le film consiste en une succession de séquences décousues où le fou semble de plus en plus précisément le double parfait de Daniel, qui poursuit Sonia de ses reproches voilés et de son incommensurable mal-être. Daniel doute, Daniel souffre, Daniel a peur. Résultat, Daniel est passablement insupportable, et use son entourage. Même le fou se moque de lui : "Les trois quarts des choses te passent à côté", remarque-t-il avec justesse. Mais comme il est amoureux, il complète : "c’est émouvant".

Voilà peut-être le nœud du problème : à moins d’être sous le charme du personnage, on ne se laisse guère émouvoir. Au détour d’une scène particulière, peut-être, comme lorsqu’il se dégage enfin de ce grand type hâbleur et cynique une certaine fragilité, face aux personnes âgées qu’il accompagne, ou lorsqu’il parle de son père. Mais le reste du temps, il fait l’effet d’un fantôme errant en vain dans des scènes comme vidées de leur substance : tout sonne faux, des situations aux dialogues. On est dans un tel artifice, une telle emphase, qu’il devient difficile de croire en ces dilemmes, ces interrogations outrées. Daniel, Sonia et le fou ressemblent plus à des cobayes, des petits humains de laboratoire sur lesquels on testerait le concept de l’incommunicabilité, qu’à de vrais individus à la psychologie bien définie.

Dès lors, la démonstration du "qui persécute qui", désincarnée et laborieuse, échoue à dépasser le stade de l’anecdotique. Plus agacé qu’ému, on se désintéresse de ce cinéma faussement naturaliste que l’on a bien du mal à ne pas qualifier de légèrement nombriliste.
 
MpM

 
 
 
 

haut