Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 35

 
Le livre d'Eli (The Book of Eli)


USA / 2010

20.01.2010
 



FAITH TO FACE





«- Il n’est pas comme les autres. Tu ne pourras pas lui faire faire ce que tu veux.»

Disparus de la circulation depuis From Hell (relecture hasardeuse mais plutôt bien foutue des méfaits de Jack l’Eventreur sortit en 2001), les frères Hughes refont surface en ce début de décennie avec Le Livre d’Eli, variation très graphique du genre post-apocalyptique. Coincé entre le néo-western et la parabole biblique, leur dernier film se découvre avant tout comme un post nuke à l’esthétique léchée. Scènes de combat ultra chorégraphiées, paysages à la surexposition tranchée, effet de mise en scène assumé…bref, les 80 millions de dollars sont bien là, sur une pellicule a priori enivrante.

Brassant à grandes enjambées des concepts tournant autour de la terre promise, de la mission divine à l’incarnation révélée, du bien contre le mal, du sacrifice ou du rachat possible d’une humanité destructrice et barbare, le Livre d’Eli esquisse les contours d’une épopée héroïque d’un homme cheminant pour le salut de ses frères. Si l’introduction donne le ton et favorise l’immersion dans un monde dévasté, l’évolution narrative autour d’Eli (Denzel Washington, crédible) se délite inéluctablement pour atteindre un vide philosophique assez remarquable. L’objectif des frères Hugues n’était sûrement pas de proposer une fable philosophique lorgnant du côté de La Route. En effet, son traitement pour le moins manichéen, enjeux et dénouement compris, affaiblit la portée symbolique d’une mission en tout point trépidante. Pour se consoler, reconnaissons une ligne conductrice fidèle même si l’intensité fait cruellement défaut.

Le cheminement d’Eli dans une Amérique désertique dominée par la violence de motards analphabètes bascule lorsque celui-ci traverse une petite ville dirigée par Carnegie (incarné par un Gary Oldman cabotinant à qui mieux mieux), autocrate cultivé à la recherche d’un livre, unique exemplaire que possède Eli. Et là, patatras ! L’histoire, malgré une longue séquence dans la demeure de Carnegie particulièrement bien découpée, s’enfonce dans la caricature plate, les personnages devenant des stéréotypes au service de leur fonction première. L’affrontement du bien et du mal commence, Eli se servant du livre comme un message de paix, Carnegie le voulant pour asservir plus facilement ses ouailles. L’idée, loin d’être idiote se retrouve grossière, le traitement du qui perd gagne s’avérant vraiment peu concluant. S’ensuit une bataille d’égos sur fond de trahison dans un monde qui ne semble plus attendre un quelconque prophète.

Si nous passons sous silence la morale simpliste proche du message réac, le spectacle demeure distrayant et nous propose un mixte action-illumination qui fait du Livre d’Eli un exercice de style capable de séduire un public au-delà des fans du genre.
 
geoffroy

 
 
 
 

haut