Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Démineurs (The Hurt Locker)


USA / 209

23.09.2009
 



LA BOMBE HUMAINE





"- Vous êtes un phénomène"

Démineurs est un film de testostérone. Une femme n’a qu’un rôle très épéhémère, à la fin du film, et elle est à fuir. Pourtant, c’est bien une femme qui est aux commandes de ce film de tension plus que d’action. Kathryn Bigelow est sans doute la seule réalisatrice à pouvoir rivaliser avec un réalisateur dans ce domaine très miné des films « virils ». Son univers masculin est en parfaite cohérence avec le reste de son œuvre : des hommes vulnérables qui se donnent des allures de héros et ne font, finalement, que lutter pour survivre ou améliorer leur vie.

Ici, ils ont une faàon bien particulière de le faire. Déminer Bagdad de ses attenats suicides, de ses bombes explosives, de sa folie humaine. Un enfer où les relations avec la populations sont hostiles et les conditions de travail inhumaines, stressantes, fatales parfois.

Si le spectateur palpe bien cette nervosité permanente, c’est sans aucun doute dû à la mise en scène réaliste de Bigelow, doublé d’un montage, au contraire très cinématographique, imitant un qui-vive perpétuel, une instabilité sans repos. Plongé dans l’enfer dès le prologue, on ne le quittera plus. Hélas, ce ne sera pas captivant du début à la fin. Un certain ennui transpirera au bout d’une heure de ce film qui, finalement, apparaît long et assez creux.

Loin de nous l’idée de sous-estimer la dimension humaine et tragique de ces hommes qui risquent leur vie. Ni même d’être épaté par la maîtrise technique et certains cadrages du film. Mais il n’y a rien de stupéfiant qui permette de combler un scénario assez facile, où les situations deviennent répétitives : une journée de déminage est suivie dun extrait du quotidien de ces soldats sur le front. On est loin des angoisses tourmentées et de l’horreur de Plattoon. Juste l’impression de suivre l’égrenage des différentes façon de désamorcer une mine ou une bombe. Un engrnage qui aurait pu nous entraîner dans une spirale étourdissante et qui conduit plutôt à quelques baillements intempestifs.

Il faut donc tout le talent de Bigelow pour nous maintenir éveillé. Ce qu’elle réussit avec quelques séquences ou quelques plans, et surtout avec ses comédiens. Les « stars » sont reléguées au second plan sont souvent confrontées à un destin brutal. Cependant, Jeremy Renner, Anthony Mackie et Brian Geraghty, entre nuances et vulnérabilité, entre sueur et doutes, mettent du relief dans cette litanie où l’espoir est de gagner un jour de vie. Jusqu’à la quille, ou le cercueil.

Démineurs apparaît alors davantage comme un film où la guerre est à l’intérieur de ces trois soldats, au sein même du groupe. Déminer les préjugés, les méfiances, les démons personnels semblent alors plus important (et plus intéressant) que de mettre H.S. des bombes bricolées et périlleuses.

Bigelow réussit le tour de force d’élairer différemment cette sale guerre avec un propos cynique : l’Amérique ne sauve rien ou pas grand chose, se bat contre un ennemi invisible et n’est, finalement, qu’un défi lancé à ell-même. Un défi qui peut s’avérer auto-destructeur. Il est regrettable alors que son film n’ait pas plus de profondeur, à cause d’une histoire trop linéaire.
 
vincy

 
 
 
 

haut