Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 13

 
Bébés


France / 2010

16.06.2010
 



METAPHYSIQUE DES TUBES





Quatre bébés dans le vent. Un documentaire sur quatre bébés éparpillés sur la planète, de leur naissance à leurs premiers pas debout. Cela donne une série de clichés dans un format esthétisant, avec une musique agréable aux accents électro de Bruno Coulais. Les plus cyniques n’y verront qu’une illustration naïve n’apportant rien à nos préjugés. Les autres auront une forme d’empathie devant tant de candeur et s’émerveilleront des différences culturelles.
Si tous les bébés se ressemblent, ils ne grandissent pas à égalité. « Grande révélation », mais, paradoxalement, on plaindrait presque les bébés japonais et californiens. Etre né quelque part…

On s’attachera ainsi davantage au naturalisme des deux bambins apparus dans des coins paumés que ceux évoluant dans des grandes cités. L’enfant mongol aura notre préférence. Momifié durant ses premières semaines, il va se vivifier au contact des animaux qui l’entourent. Objet étrange, le bébé est en effet une larve, impuissante, incapable d’autonomie. Les parents en font soit un objet conscient (trop) soit un être indépendant. Pas de juste milieu. Même s’il est impossible de parier lequel d’entre eux s’en sortira le mieux, une fois adulte. Les deux parents de San Francisco fabriquent déjà les névroses de leurs filles, tandis que le jeune namibien ne pensera qu’à survivre.

C’est sans doute là la limite de l’exercice. Mais, si le fond, un zest caricatural, facilite les critiques, la forme est d’emblée plus enthousiasmante. Divertissant, distrayant, attendrissant, Bébés mérite la grosse dose d’affection qu’il dégage. « Je fais rien que des bêtises… » Les poupons sont magnifiques, les paysages sublimés, et le découpage fait la part belle au rythme et aux séquences marquantes. Cette observation peut conduire à des scènes cocasses comme ce Nambien perplexe devant les fesses nues de son frère… Ou encore cette mère bobo californienne qui lit « Becoming the parents you want too ». Ca chiale, ça crie, ça s’aventure, ça prend des risques, mais c’est une histoire sans paroles. La mère sortira un livre pour enfants initulé « Ne pas frapper » quand la gamine claquera sa mère par esprit de rébellion. On reste stupéfait devant ces réflexes doltoiens qui finalement paraissent surréalistes.

L’éveil est difficile pour le futur homo erectus. Nous savons tout ce que nous voyons. Cependant, on reste surpris du poids des traditions et des cultures. La série de vidéo-gags ne masque pas le fossé entre les sociétés, malgré la mondialisation de notre civilisation. Les inégalités sont frappantes. Si tous les bébés vont s’ériger puis marcher, nul ne doute qu’ils ne partent pas avec les mêmes armes.

Pour nous, subjectivement, le charme se porte sur les enfants élevés en liberté. Le documentaire les rend irrésistible. Leur innocence n’a rien à voir avec la violence éducative de leurs homologues « occidentaux ».
 
vincy

 
 
 
 

haut