alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



2040
Chut...!
Cyrille, agriculteur, 30 ans, 10 vaches...
Dark Waters
Invisible Man
Judy
Juste Sam
L'etat sauvage
Lara Jenkins
Le fils d'un roi
Lucky
Mine de rien
The Boy



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
The Town


USA / 2010

15.09.2010
 



GONE MOVIE GONE




"- J'ai besoin de ton aide. Ne me pose aucune question, on doit aller faire du mal à quelqu'un.
- On prend quelle voiture ?
"

Prenez n'importe quel film de braquage, ajoutez-y une musique tonitruante et répétitive, imaginez Ben Afflek dans le rôle principal, saupoudrez de course-poursuites et de dialogues pseudo-romantiques, plongez dans un bain de morale bien pensante et vous tenez The Town, nouvelle incursion de l'acteur derrière la caméra. Tout sarcasme mis à part, le film donne effectivement l'impression de mettre en scène platement une histoire on ne peut plus conventionnelle. Rien n'y manque, du traumatisme d'enfance à l'espoir de rédemption, et même la construction s'avère on ne peut plus classique, enchaînant comme à la parade les étapes incontournables du genre : le premier hold-up est un succès, le deuxième manque d'échouer, le troisième est une catastrophe... et ainsi de suite.

L'ambition de Ben Afflek est apparemment de réaliser un thriller qui ait du coeur et une âme. Il fait donc la part belle à l'aspect psychologique de l'intrigue, ce qui se traduit par de nombreuses scènes à tonalité romantique et intimiste (avec la ravissante Rebecca Hall, entre autres). Le revers de la médaille, c'est que ces séquences sont systématiquement trop bavardes, cherchant à expliquer ou justifier le comportement de son personnage principal. Surtout, il ne faudrait pas que celui-ci soit perçu comme quelqu'un de "mauvais"... De ce fait, le cinéaste laisse relativement peu de marge de manoeuvre au spectateur à qui il dicte ce qu'il faut penser, en faisant de chaque personnage un stéréotype dénué de profondeur ou de personnalité. Dans les scènes d'action, c'est la même chose. Chaque séquence est si découpée, presque dynamitée, qu'elle ne requiert que passivité du regard. Ça mitraille dans tous les sens, les pneus crissent sur la chaussée, le sang coule... et à l'écran, tout est recraché sous la forme d'une succession d'images figées, banales, presque vidées de leur sens.

Comme on ne peut s'empêcher de comparer avec le précédent long métrage du réalisateur, Gone Baby Gone d'où il se dégageait de la tension et du malaise, on est déçu, peut-être injuste. Car dans le fond The Town répond à une certaine forme de cahier des charges du film de gangster. Un peu comme un pianiste fait ses gammes, se contentant du minimum syndical de la créativité.
 
MpM (Venise)

 
 
 
 

haut