Spider-Man: New Generation est incontestablement le meilleur film d'animation américain de l'année. C'est peut-être le même Spider-Man jusqu'à présent. C'est sans doute le blockbuster qu'on attendait en 2018. Et enfin, peut-on oser dire qu'il est l'un des meilleurs Marvel au cinéma? Bref, ce Spider-Man est immanquable.



Hunter Killer
L'exilé
Mortal Engines
Nous les coyotes
Oscar et le monde des chats
Pachamama
Rémi sans famille
Rêver sous le capitalisme
Roma
Spider-Man: New Generation
Une affaire de famille
Utøya, 22 juillet



A Star is Born
Un 22 juillet
Le grand bain
En liberté !
Chien de garde
Festen
Outlaw King : Le Roi hors-la-loi
Diamantino
Les Veuves
Assassination Nation
Les Confins du monde



Capharnaüm
Bohemian Rhapsody
Breathe
Cold War
Silvio et les autres
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible
8, avenue Lénine
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Suspiria
Amanda
Les filles du soleil
Yomeddine
Le Grinch
Les héritières
Robin des Bois
Voyage à Yoshino
Astérix - Le secret de la potion magique
Leto
Pupille






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
The Social Network


USA / 2010

13.10.2010
 



FINAL CLUB





« - Tu avais un seul ami. »

The Social Network ne contribuera pas à expliquer le phénomène Facebook ni même son impact sur la population mondiale (enfin 8% d’entre elle), avec ses atouts et ses aspects les plus négatifs. David Fincher n’avait pas cette ambition. Mais comme pour Fight Club, le cinéaste essaie d’expliquer, avec une mise en scène de plus en plus classique (privilégiant les hommes aux images), les travers d’une Amérique où la lutte des classes est invisible mais bien prégnante. Comme avec Zodiac, il construit un puzzle , avec ses aller-retour temporels, pour comprendre comment un personnage a priori banal devient un mythe contemporain, aussi fascinant qu’antipathique.

Cette étrange histoire de Mark Zuckerberg s’apparente à un jeu où le défi est de grandir, habité par une paranoïa latente et un véritable arrivisme. Il s’agit, avant tout, d’un portrait d’une génération, des Rastignac en puissance biberonnés à Harvard et croyant à leur destin de Princes et de milliardaires. Le titre anglais du livre dont le film est l’adaptation n’est pas anodin : "Milliardaire par accident". Zuckerberg était bien celui qui ne se pensait pas être le prochain Bill Gates. Il n’était pas dans l’élite, ni dans les clubs élitistes de l’Université, et n’avait même pas le physique pour séduire. En cela la traduction française du titre du livre, "La revanche d’un solitaire", est tout aussi approprié. C’est le prolo habillé en Gap qui surclasse les aristos. Lutte des classes. David contre Goliath. Un homme seul, ou presque, au cœur d’un lieu où les amis et les réseaux sont le nerfs du pouvoir. « Dans le monde où le social est crucial, ce serait le Graal », un trombinoscope intelligent et contributif. Ne pouvant être accepté dans ces cercles exclusifs, il a créé le sien. Ironie du sort, il le domine mais n’en fait pas plus partie. Toujours à l’écart.

Mais qui aurait envie d’être ami avec quelqu’un qui aime passer pour un connard ? Le scénario d’Aaron Sorkin plante le ver dans la pomme dès la première scène : une rupture entre le « nerd » et sa copine. Ça commence dont avec un échec sentimental. Trauma qui va déclencher son envie de classifier les étudiantes. Être un génie informatique n’empêche pas d’être impopulaire. Les dialogues sont comme des statuts Facebook, passant du coq à l’âne. « Pour changer de sujet ». « Quand tu dis deux trucs à la fois, je me perds ». «- Soyons amis. – Je ne veux pas d’amis ». De fait Zuckerberg n’en aura qu’un sur qui compter : Eduardo Saverin.

L’un bouffe du code, l’autre est plutôt brillant en économie. L’informaticien n’a aucun talent pour être sociable. L’autre a au moins l’avantage de ses origines latinos qui en font un parfait élément à remplir les quotas. Le premier est menteur quand son futur associé est une bonne conscience.

Dans cette Amérique des facs, où la nuit est partagée entre ceux qui étudient, ceux qui codifient et ceux qui font la tournée des « party », Fincher, loin d’un Araki qui explose les codes du genre, filme les beaux bâtiments d’Harvard, l’univers feutré de ces institutions qui opacifient toutes les débauches et les immoralités condamnées à l’extérieur de ce vase clos. De même quand la réussite pointe son nez, les bureaux se font de verre et de béton. La transparence est omniprésente et les open space livrent les scènes de ménage en pâture à tous les témoins. Pourtant ce n’est qu’illusoire : personne ne sait ce qui se passe dans la tête du patron, tout le monde ignore les trahisons, mensonges, filouteries qui ont gangréné ses relations avec les plus anciens soutiens. La transparence est un mirage comme l’opacité est une hypocrisie.

Et cela rend ces jeunes capitalistes profondément antipathiques en plus d’être arrogants, jaloux, envieux, lâches, manipulateurs, prétentieux. Comment faire aimer de tels protagonistes ? En créant des victimes, en humanisant les failles, en faisant payer un prix (relativement modeste) pour mauvaise conduite. Car sans les jumeaux Winklevoss ou Saverin, Zuckerberg n’aurait pas eu l’idée ou les moyens de transformer son Facemash en Facebook. Sans les quelques apports de Sean Parker, Facebook n’aurait peut-être pas décollé si rapidement à l’international et les fonds d’investissement n’auraient pas eu tout de suite connaissance du potentiel de ce réseau social. Bref, Zuckerberg avait besoin d’amis pour grandir : il les a tous plantés. C’est un sujet dramatique par excellence. D’autant qu’il humilie son seul ami et garde le fantoche. Ses choix peu perspicaces accentueront un peu plus ce sentiment de solitude autour de lui. Un vide qui, pour la fiction, le conduira à demander en ami sur Facebook la seule personne qu’il aimait vraiment.

Le roi est seul. « Ce mec a pas trois potes pour faire un bridge » mais rend addictives à son site 650 personnes en un jour. Mais il ne déteste personne (sans doute pour ça qu’il n’y a pas de bouton « je n’aime pas » sur Facebook). Just Business. Des gamins qui jouent au Monopoly. La faille du script s’ouvre là. Le trio Eisenberg (excellent), Garfield (fabuleux), Timberlake (parfait) ne prend pas. Ce qui aurait du être un conflit tragique devient la partie la plus flottante du script. Fincher ne sait plus où ancrer son histoire, entre l’ascension du site, les rivalités des hommes, les mesquineries des procès ultérieurs, les troubles de Zuckerberg.

Il se rattrape avec le dernier quart du film. Plus qu’une « success story », Fincher évoque les « échecs story ». Echec dans une course d’aviron, dans une entreprise (Napster), dans une manière de gérer un couple ou même de gérer une image). Mais surtout, l’’échec peut devenir un succès, avec ou sans son créateur. Et si Zuckerberg ne voulait pas partager le pouvoir ? Un réseau social d’où lui-même s’est exclu. Les procès démoliront un peu plus son envie de se fier aux autres, comme ils empêchent les autres de vouloir lui pardonner. Pourtant, le final semble l’humaniser et vouloir le rendre sympathique (un peu tardivement). Cet ado pas finit ne semble pas connaître l’amabilité.

Fincher cherche peut-être à le racheter. Mais il n’a pas le profil. Dans cette Amérique lisse où tout se fait à base de conciliabules et de conciliations, les cons restent ceux qui n’ont pas le pouvoir ou l’argent. Tout comme il ne critique pas Facebook en tant que création, il reste admiratif de ce phénomène de société et fait l’apologie de cette compétition, avec ses lois et ses coups bas, qui stimulent la création. Cynique jusqu’au bout.
 
vincy

 
 
 
 

haut