Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
Raiponce (Tangled)


USA / 2010

01.12.2010
 



CHEVEUX LONGS, IDEES COURTES





« - je ne sais pas pourquoi mais en ce moment personne ne m’aime »

Le ciel se grise, le froid commence à souffler, la nuit tombe de plus en plus tôt et Noël approche à grands pas... Aucun doute l’année touche bientôt à sa fin et les fêtes de Noël ne seraient plus ce qu’elles sont sans leur traditionnel film d’animation Disney. C’est chose faite avec Raiponce, film librement inspiré du conte des frères Grimm, Rapunzel.

Il était une fois...

Comme bien souvent, Disney a choisi cette année de sortir de sa manche la carte magique de la belle princesse et de son prince charmant, enfin ici un brigand au charme irrésistible, venu (par hasard) à sa rescousse, recette qui fonctionne à tous les coups. On retrouve alors une multitude de clichés bien ancrés, jusqu'à la blondeur des cheveux, et en découlent des personnages bien souvent trop caricaturaux, ou déjà vus.
Raiponce, jeune fille aux cheveux magiques, a toujours vécu enfermée dans une tour ne connaissant absolument rien du monde extérieur. Cela donne alors l’occasion aux réalisateurs d’aborder le thème de l’émancipation, de la découverte d’un tout nouvel univers et des sensations qui l’accompagnent tout en gardant un pied bien posé dans le conte de fées où l’amour triomphe toujours. Ceci fait donc de Raiponce un personnage oscillant entre la figure de l’héroïne rebelle (Ariel, Jasmine, Mulan, Pocahontas) et celle de la princesse classique à la mode Disney (Belle, Aurore, Cendrillon ou bien encore Blanche-Neige) associant, plutôt bien cela dit, un aspect traditionnel auquel se mêle une petite touche de modenrité. Cependant, les personnages, notamment principaux, restent malheureusement trop dans la caricature et ne surprennent aucunement le spectateur.

Action et humour à la rescousse

Heureusement, le film s’appuie sur un scenario bien ficelé et des scènes d’action et de courses poursuites assez nombreuses et bien réalisées, et même punchy, qui donnent au film un rythme soutenu, maintenant le spectateur dans ce récit très classique.
À ces scènes d’action viennent s’ajouter une dose d’humour et un ton décalé bien trouvés, où la voix de Romain Duris fait merveille. Cet esprit décalé se retrouve notamment dans une scène superbe de drôlerie où plusieurs bandits de grand chemin se transforment en de véritables rêveurs au grand coeur, avec à leur tête une sorte de Cupidon quelque peu lubrique.
Disney joue également la carte de l’humour grâce aux personnages secondaires qui apparaissent, comme toujours ou presque, sous les traits d’animaux humanisés. On fait alors la rencontre ici de Pascal, tout petit caméléon (sorte de Jimmy Cricket) qui se prend pour le garde du corps de Raiponce, et de l’hilarant Maximus, cheval de la garde royale, grand justicier du royaume et qui prend son rôle très au sérieux. Clairement il vole la vedette. Avec la poêle. Accessoire important.

La musique qui fait flop

Mais la grande absente du film reste la musique. Là où Disney nous avait habitué à des univers musicaux riches et entraînants, il n’y a... rien. Tout est niais. Aucun thème ne nous emporte véritablement et aucun air ne nous trotte dans la tête les jours suivants comme ce pouvait être le cas avec Aladdin, Le livre de la jungle et la plupart des films Disney en général. Même La Princesse et la grenouille (film des fêtes de l’année dernière) qui n’était peut-être pas une grande réussite des studios Disney avait tout de même le mérite de plonger dans un univers musical swingant, berçant ainsi le spectateur aux sons enivrants du jazz de la Nouvelle-Orléans. Alan Menken, compositeur notamment des musiques de La petite sirène, Aladdin, Pocahontas ou encore La Belle et la Bête, nous avait en effet habitué à beaucoup mieux.

Raiponce n’est donc pas un grand coup de coeur Disney mais reste néanmoins un bon divertissement dans lequel l’action et l’émotion trouvent leur place dans des décors somptueux, bien que parfois un peu trop lisses, dont on gardera à l'esprit la très belle scène des lampions qui, par milliers, surplombent le lac où nos deux tourtereaux ne demandent qu’à s’embrasser...
Depuis La belle et la bête, on reste sur notre faim. Si Raiponce a une chevelure qui donne de nombreux gags et astuces de scénario, la méchante mère reste trop linéaire pour être machiavélique. C'est son emprise et sa folie qui font le travail. Bien sûr elle est taquine, narcissique, égoïste. Elle a de bons dialogues, là encore flirtant avec l'auto-dérision. "Tu ne partiras jamais de cette tour, tu m'entends?, jamais! ... Ah parfait, c'est encore moi qui vais passer pour la méchante." Mais sa fin reste très sage et presque douce, comparé aux morts atroces des grandes Reines maudites des classiques de Disney. C'est d'autant plus étonnant que la mise en scène joue énormément sur le vertige et la verticalité : on s'attendait à une chute plus spectaculaire.

Mais c'est suffisamment classique, drôle et vif, avec sa dose de passion, e romance, de cascades, de catastrophes et de méchants pour plaire à toutes les générations. Un film sans risque, dans un décor germanique, qui trouve sa magie dans une séquence : l'envol des lanternes, qui rappellent Là-haut et les Miyazaki.
 
Morgane

 
 
 
 

haut