Yesterday est un bon feel-good movie, mix de comédie romantique, de film musical et de satire sociétale autour des chansons des Beatles. Danny Boyle fait un détour vers la comédie populaire dans sa vieille Angleterre avec au scénario l’auteur de Quatre mariages et un enterrement et de Love Actually.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son



Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Mon beau-père et nous (Little Fockers)


USA / 2010

22.12.2010
 



THE GODFOCKER





« Ce n'est pas le moment de faire ta manopause»

Greg (Ben Stiller) va -t-il rester dans le « Cercle de Confiance » de son beau-père, Mr. Byrnes (De Niro) ?
Comme dans les deux précédents épisodes de cette trilogie familiale (tragique), le beau-père observe sous toutes les coutures son beau-fils, qui s'en rend compte et se met encore plus en difficulté - en voulant lui cacher des choses ou rentrer dans son jeu ... Deux névrosés qui se rencontrent...
Cependant Mon beau père et nous ne se concentre pas seulement sur le couple beau-père / beau- fils. Il faut bien étendre le champ de bataille et renouveler les gags. Des faux jumeaux, dont l'un a pris les gènes Focker, l'autre les gènes Byrnes, composent la schizophrénie ambiante de la série.
Le film se trouve une thématique toute faite : la transmission. Et passe à côté de la véritable folie du film : la peur de l'exclusion. Jack se passionne pour la généalogie - Google va devenir son ami (ou pas) - mais il refuse de voir les autres. De ce passé obsédant, de ces traditions étouffantes, le film ne fait que s'en moquer. Ce qui n'est déjà pas si mal.
Ce qui faisait rire dans les précédents épisodes, c'était la confrontation entre les belles-familles, et les conflits éducatifs. La famille WASP un peu psychorigide contre la famille juive libertaire ... Bref, Jack veut faire de Greg son successeur et lui transmettre ses idées et ses méthodes. On aurait pu s'arrêter là. Mais on découvre Andi Garcia (!), potentielle maîtresse de Greg. Jessica Alba, déchaînée, qui vend du "Sustengo", sorte de Viagra et menace tout cet équilibre précaire et artificiel.
N'oublions pas Kevin, l'ex de Pam qui "l'a encore dans la peau" (littéralement). Owen Wilson reprend ici son rôle de blond "new age" , féru de civilisation bouddhiste... Son duo avec son ami de longue date Ben Stiller est poilant. Tout comme l'est la -courte- confrontation entre Harvey Keitel et De Niro. C'est dans les vieux pots...
Le film en fait n'a d'autre choix que de puiser dans les références pour s'obliger à remplir son contrat : la musique des Dents de la mer, celle du Parrain... Cependant, même si on ne voit pas qui d'autre que Stiller pourrait incarner Gaylord Focker (traduction :"Seigneur homo Baiseur"), même si De Niro a l'air de s'amuser comme un petit fou avec une sorte d'élégance très fair-play, les comédiens suffisent-ils à faire tourner la comédie?

Un regret : les parents de Greg sont très peu présents. Sans doute Hoffman et Streisand avaient trouvé le scénario moins pétillant que le précédent. Heureusement, Dustin et Barbra peuvent remercier leurs agents : ils s'octroient les meilleurs moments ...
 
Claire

 
 
 
 

haut