Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Adults in the Room
Amour-eux
And then We Danced
Furie
J'ai perdu mon corps
L'audition
L'instant infini
La belle époque
le char et l'olivier
Le monde animé de Grimault
Le voyage dans la lune
Le voyage du pèlerin
Midway
Place des victoires
Princes et vagabonds
Une Colonie
Vitis Prohibita



Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Les hirondelles de Kaboul
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Mon beau-père et nous (Little Fockers)


USA / 2010

22.12.2010
 



THE GODFOCKER





« Ce n'est pas le moment de faire ta manopause»

Greg (Ben Stiller) va -t-il rester dans le « Cercle de Confiance » de son beau-père, Mr. Byrnes (De Niro) ?
Comme dans les deux précédents épisodes de cette trilogie familiale (tragique), le beau-père observe sous toutes les coutures son beau-fils, qui s'en rend compte et se met encore plus en difficulté - en voulant lui cacher des choses ou rentrer dans son jeu ... Deux névrosés qui se rencontrent...
Cependant Mon beau père et nous ne se concentre pas seulement sur le couple beau-père / beau- fils. Il faut bien étendre le champ de bataille et renouveler les gags. Des faux jumeaux, dont l'un a pris les gènes Focker, l'autre les gènes Byrnes, composent la schizophrénie ambiante de la série.
Le film se trouve une thématique toute faite : la transmission. Et passe à côté de la véritable folie du film : la peur de l'exclusion. Jack se passionne pour la généalogie - Google va devenir son ami (ou pas) - mais il refuse de voir les autres. De ce passé obsédant, de ces traditions étouffantes, le film ne fait que s'en moquer. Ce qui n'est déjà pas si mal.
Ce qui faisait rire dans les précédents épisodes, c'était la confrontation entre les belles-familles, et les conflits éducatifs. La famille WASP un peu psychorigide contre la famille juive libertaire ... Bref, Jack veut faire de Greg son successeur et lui transmettre ses idées et ses méthodes. On aurait pu s'arrêter là. Mais on découvre Andi Garcia (!), potentielle maîtresse de Greg. Jessica Alba, déchaînée, qui vend du "Sustengo", sorte de Viagra et menace tout cet équilibre précaire et artificiel.
N'oublions pas Kevin, l'ex de Pam qui "l'a encore dans la peau" (littéralement). Owen Wilson reprend ici son rôle de blond "new age" , féru de civilisation bouddhiste... Son duo avec son ami de longue date Ben Stiller est poilant. Tout comme l'est la -courte- confrontation entre Harvey Keitel et De Niro. C'est dans les vieux pots...
Le film en fait n'a d'autre choix que de puiser dans les références pour s'obliger à remplir son contrat : la musique des Dents de la mer, celle du Parrain... Cependant, même si on ne voit pas qui d'autre que Stiller pourrait incarner Gaylord Focker (traduction :"Seigneur homo Baiseur"), même si De Niro a l'air de s'amuser comme un petit fou avec une sorte d'élégance très fair-play, les comédiens suffisent-ils à faire tourner la comédie?

Un regret : les parents de Greg sont très peu présents. Sans doute Hoffman et Streisand avaient trouvé le scénario moins pétillant que le précédent. Heureusement, Dustin et Barbra peuvent remercier leurs agents : ils s'octroient les meilleurs moments ...
 
Claire

 
 
 
 

haut