Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 23

 
Mon beau-père et nous (Little Fockers)


USA / 2010

22.12.2010
 



THE GODFOCKER





« Ce n'est pas le moment de faire ta manopause»

Greg (Ben Stiller) va -t-il rester dans le « Cercle de Confiance » de son beau-père, Mr. Byrnes (De Niro) ?
Comme dans les deux précédents épisodes de cette trilogie familiale (tragique), le beau-père observe sous toutes les coutures son beau-fils, qui s'en rend compte et se met encore plus en difficulté - en voulant lui cacher des choses ou rentrer dans son jeu ... Deux névrosés qui se rencontrent...
Cependant Mon beau père et nous ne se concentre pas seulement sur le couple beau-père / beau- fils. Il faut bien étendre le champ de bataille et renouveler les gags. Des faux jumeaux, dont l'un a pris les gènes Focker, l'autre les gènes Byrnes, composent la schizophrénie ambiante de la série.
Le film se trouve une thématique toute faite : la transmission. Et passe à côté de la véritable folie du film : la peur de l'exclusion. Jack se passionne pour la généalogie - Google va devenir son ami (ou pas) - mais il refuse de voir les autres. De ce passé obsédant, de ces traditions étouffantes, le film ne fait que s'en moquer. Ce qui n'est déjà pas si mal.
Ce qui faisait rire dans les précédents épisodes, c'était la confrontation entre les belles-familles, et les conflits éducatifs. La famille WASP un peu psychorigide contre la famille juive libertaire ... Bref, Jack veut faire de Greg son successeur et lui transmettre ses idées et ses méthodes. On aurait pu s'arrêter là. Mais on découvre Andi Garcia (!), potentielle maîtresse de Greg. Jessica Alba, déchaînée, qui vend du "Sustengo", sorte de Viagra et menace tout cet équilibre précaire et artificiel.
N'oublions pas Kevin, l'ex de Pam qui "l'a encore dans la peau" (littéralement). Owen Wilson reprend ici son rôle de blond "new age" , féru de civilisation bouddhiste... Son duo avec son ami de longue date Ben Stiller est poilant. Tout comme l'est la -courte- confrontation entre Harvey Keitel et De Niro. C'est dans les vieux pots...
Le film en fait n'a d'autre choix que de puiser dans les références pour s'obliger à remplir son contrat : la musique des Dents de la mer, celle du Parrain... Cependant, même si on ne voit pas qui d'autre que Stiller pourrait incarner Gaylord Focker (traduction :"Seigneur homo Baiseur"), même si De Niro a l'air de s'amuser comme un petit fou avec une sorte d'élégance très fair-play, les comédiens suffisent-ils à faire tourner la comédie?

Un regret : les parents de Greg sont très peu présents. Sans doute Hoffman et Streisand avaient trouvé le scénario moins pétillant que le précédent. Heureusement, Dustin et Barbra peuvent remercier leurs agents : ils s'octroient les meilleurs moments ...
 
Claire

 
 
 
 

haut