alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Adoration
Bad Boys For Life
Garanbadal
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
K contraire
La Llorana
Le photographe
Le réseau Shelburn
Luciérnagas
Nanga Parbat
Pygmalionnes
Qu'un sang impur
Scandale



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Shahada


Allemagne / 2009

26.01.2011
 



CRISE DE FOI





"Allah est meilleur que l’être humain : il juge toutes les formes d’amour bonnes."

Film choral positif et humaniste, Shahada aborde les interrogations liées à l’identité et à la foi à contre-courant des schémas habituels, c’est-à-dire sur un mode volontairement optimiste. Burhan Qurbani, le réalisateur, revendique même un ton bienveillant aux accents plus utopiques que réalistes. Car chez lui, le "choc" des cultures et la recherche d’identité créent certes une confusion et un repli sur soi, mais il s’agit simplement d’une phase passagère. L’ayant dépassée, ses personnages sont capables d’évoluer vers plus d’ouverture aux autres et à leurs propres contradictions.

Le personnage central de l’imam est à ce titre hautement symbolique. Il est à la fois rassurant, car nuancé et ouvert d'esprit (notamment lorsqu’un jeune homme lui confie ses penchants homosexuels), et dépassé lui-même par la tentation extrémiste de sa propre fille. On sent bien qu’il ne détient pas toutes les vérités mais tente de construire jour après jour une réponse qui permette de concilier la foi la plus profonde avec d’autres valeurs et d’autres points de vue. Il montre que, loin de se sentir menacé par la contradiction, ou la remise en cause de ses croyances, chacun doit y voir une source d’enrichissement.

Burhan Qurbani dénonce ainsi le recours systématique à une foi plus dure en guise de rempart contre tout ce qui est différent et met en scène un Islam tolérant, ouvert et compassionnel, qui se dresse avec force contre les dérives les plus dogmatiques. Ce faisant, il délivre un message de fraternité et d'espoir qui va bien au-delà de la seule religion musulmane. Les problèmes d’identité, le conflit entre les générations, la culpabilité et la recherche d’un pardon symbolique sont autant de questions universelles qui n'interrogent pas tant la meilleure manière de vivre sa religion que la difficulté du vivre ensemble, quels que soient le lieu et les croyances ayant cours.

On ne peut qu’adhérer à un message aussi positif et consensuel, véritable ode à la liberté et à la tolérance, pourtant c’est aussi le principal point faible du film, qui reste trop basique, presque simpliste. En effet, malgré des intrigues éminemment dramatiques (avortement, meurtre…), le dénouement de chaque histoire semble un rien facile, inespéré. Si l’on pense par moments à Fatih Akin (pour le portrait d’une communauté musulmane en Allemagne) ou Paul Thomas Anderson (pour les destins croisés et les visions de Maryam), il manque à Burhan Qurbani leur maîtrise et leur sens de la nuance. Au moins lui sait-on gré d’avoir évité toute facilité mélodramatique et lacrymale…
 
Claire et MpM

 
 
 
 

haut