Have A Nice Day, en compét à Berlin en 2017, vaut plus que le détour. Un polar à la Tarantino animé et azimuté qui dénonce une Chine bien pourrie par la corruption et la mafia.



A genoux les gars
Bécassine
Have a nice day
How to Talk to Girls at Parties
Jerico
Kuzola, le chant des racines
Le doudou
Rose piment
Sans un bruit
Une prière avant l'aube



L'île aux chiens
La route sauvage
Deadpool 2
En guerre
Senses



Taxi 5
Avengers : Infinity War
Everybody knows
Gringo
Gueule d'ange
L'homme qui tua Don Quichotte
La révolution silencieuse
Manifesto
Plaire, aimer et courir vite
Rampage - Hors de contrôle
Solo: A Star Wars Story
Mon Ket
Une année polaire
Opération Beyrouth
L'extraordinaire voyage du Fakir
3 jours à Quiberon
Hedy Lamarr: From Extase to Wifi
Jurassic World: Fallen Kingdom
La mauvaise réputation
Le voyage de Lila
Ocean's 8
Trois visages
The Cakemaker






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 5

 
Detective Dee : le mystère de la flamme fantôme (Di renjie zhi tongtian diguo)


/ 2010

20.04.2011
 



TOUT FEU TOUT FLAMME





"Tu n’arriveras pas à élucider cette affaire. "

Pour sa nouvelle incursion dans le Wu Xia Pian (film de sabre chinois), Tsui Hark semble avoir eu pour ambition principale d’en mettre plein la vue du spectateur. Tout ce qui pouvait servir cet objectif de démesure visuelle a donc été mis à contribution : effets spéciaux grandioses, décors monumentaux, combats spectaculaires chorégraphiés par le célèbre Sammo Hung. Entre les corps qui s’enflamment mystérieusement, la silhouette majestueuse d’un bouddha géant érigé face à la reconstitution fastueuse de la Cité impériale de l’époque, et la virtuosité des guerriers qui s’envolent et virevoltent dans des combats enivrants, tout y est. Tout, sauf une intrigue qui tiendrait vraiment la route.

Pas que l’histoire soit inintéressante : elle est au contraire plutôt astucieuse, grâce notamment à son duo moderne d’enquêteurs qui n’a rien à envier aux héros des séries policières actuelles. En revanche, elle manque singulièrement de force dramatique et surtout de consistance. Au bout de quelques scènes, il apparaît évident que l’enquête n’est qu’un prétexte fumeux pour enchaîner séquences d’action et débauches d’effets visuels. Ce qui est indéniablement esthétique, mais quand même un peu vain. On se met alors à penser que Tsui Hark, qui semble avoir bénéficié d’un budget colossal, aurait pu en consacrer une petite partie pour financer un scénario digne de son incontestable talent de metteur en scène.
 
MpM

 
 
 
 

haut