Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Voir la mer


France / 2010

04.05.2011
 



LE CHOIX DE (LA) PRUDENCE





« Moi je préfère une jolie qui porte la poisse, qu'une moche qui porte chance. »

On ne présente plus vraiment Patrice Leconte, cinéaste qui en 35 ans de carrière a réalisé près de 30 films. Voir la mer se rapproche plus de La fille sur le pont (1999) ou Le mari de la coiffeuse (1990), que des mythiques et inégaux Bronzés (1978, 1979 et 2005) ou Viens, chez moi, j'habite chez une copine (1981). C'est sûrement une affaire d'époque, mais pas seulement. Il y sans doute un sentiment de liberté, un désir de fraîcheur...

Clément (Sibony) et Nicolas (Giraud) sont deux frères, liés comme les doigts de la main. Ils travaillent tous deux dans un garage et leur complicité ne les empêche pas d'avoir des personnalités bien différentes. Ils ont décidé de partir rendre visite à leur mère à Saint-Jean-de-Luz et de voir la mer, mais surtout de partir comme ça, sans réelle raison. Clément emmène une jeune femme, Prudence, interprétée par Pauline Lefèvre (qui fait ses débuts au cinéma), qui lui est un peu tombé dans les bras et qui n'a jamais vu la mer.

Tout de suite, on s'attache à ce trio assez atypique. On sent que ces trois-là en ont vu des vertes et des pas mûres, le tout sans virer au pathos ni au dramatique. La rivalité entre frère aîné et cadet apparaît très rapidement alors que Clément lie une réelle complicité avec Prudence, sous les yeux jaloux de son frère Nicolas. « Tu comprends, Prudence, comme c'est le plus vieux, c'est lui qui sort avec les jolies filles », explique Clément d'un air penaud. La première partie du film est de plus rythmé par la course-poursuite entre les trois compères et l'ex-petit ami de Prudence, très jaloux et perturbé, qui n'admet pas de s'être fait jeter.

L'intérêt du film se situe dans la relation que les trois personnages principaux nouent entre eux. Ils sont un peu perdus dans leur vie, ou du moins ils portent beaucoup de souffrance. C'est comme si ce voyage les amenait vers une possibilité plus radieuse. Les garçons vont appréhender la vie de façon plus désinvolte avec cette fille prend qui les choses comme elles viennent, sans trop se poser de question. Elle va donc refuser de choisir entre les deux frères, et une relation délicieuse de partage équitable va se créer entre eux. L'impossible décision, la délicieuse hésitation : cette impression que plus on est de fous, mieux on vit...

Le film est ainsi multiple, à la fois road-trip, romance et comédie solaire. Mais alors que le début surprend et amuse avec l'excitation de la course-poursuite et la relation libertine se nouant entre les trois jeunes, le film prend un tournant un peu plus dramatique vers la fin. Ce n'est pas un mal en soi, d'autant que cela était prévisible depuis le début. Cependant on reste un peu sur notre faim quant au trio amoureux : alors que l'espièglerie et la fraîcheur des personnages nous excitent et nous intriguent au début, les scènes finissent par se répéter. C'est dommage parce que Patrice Leconte avait jusque-là réussi à nous faire croire à cet équilibre amoureux improbable. Malgré tout, on ressort avec un petit sourire au coin des lèvres, et la sensation que la vie recèle plein de petits hasards délicieux.
 
Sarah

 
 
 
 

haut