alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Adoration
Bad Boys For Life
Garanbadal
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
K contraire
La Llorana
Le photographe
Le réseau Shelburn
Luciérnagas
Nanga Parbat
Pygmalionnes
Qu'un sang impur
Scandale



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
Noir océan


Belgique / 2011

22.06.2011
 



PÉRIODE D’ESSAIS





"Moi je deviens comme les autres : con."

Marion Hänsel a l’art de dire beaucoup en ne montrant presque rien. Son film, inspiré de plusieurs nouvelles autobiographiques d’Hubert Mingarelli, peut se résumer en une phrase, un récit initiatique qui mêle assez classiquement petite et grande histoire. Mais si l’on veut bien y regarder de plus près, on s’aperçoit que Noir océan fourmille d’émotions et d’intensité, racontant à grands coups de non-dit les affres de l’adolescence, la puissance de l’amitié, l’impuissance face à l’enfer.

Avec beaucoup de délicatesse et de pudeur, même dans les scènes franchement dérangeantes comme le passage à tabac, la réalisatrice croque la vie à bord d’un navire militaire avec ce que cela sous-entend de discipline, d’absurdité, de brimades et d’humour. Chaque scène isole un petit moment de vie, tantôt cruel, tantôt doux-amer, qui est l’une de milliers de facette de cette chronique de jeunesse désenchantée.

Car si l’on sent une certaine mélancolie dans le regard porté sur les personnages et les situations, on perçoit surtout une immense colère, éclatant brusquement dans des scènes sèches et pétrifiantes. Notamment la dernière séquence, sur la plage, lorsque l’un des personnages, submergé par l’horreur, déborde d’un trop plein de fureur et de rage. Sans se départir de son minimalisme dramatique et de la sobriété de sa mise en scène, la réalisatrice rend tangible (et donc insupportable) la douleur des deux jeunes appelés, dont la révolte devient contagieuse.

Ni manifeste, ni brûlot engagé, Noir océan interpelle pourtant le spectateur sur les conditions dans lesquelles ont été réalisés les essais nucléaires français au cours des années 60. Des milliers de personnes ont en effet été exposées aux radiations, ne bénéficiant souvent d’aucune protection adaptée (dans le film, on leur demande simplement de mettre des lunettes). Aujourd’hui encore, les conséquences sur leur santé, ainsi que sur la faune et la flore locales, restent difficiles à évoluer, et il aura fallu attendre juin 2010 pour qu’une loi en faveur des victimes des essais nucléaires soit promulguée par la France.

Face à une question aussi sensible, ce n’est pas la moindre des qualités du film de Marion Hänsel que de raconter ces événements tragiques de manière dépassionnée, à hauteur d’homme, et sans sentimentalisme.
 
MpM

 
 
 
 

haut