Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 34

 
Green Lantern


USA / 2011

10.08.2011
 



LE SEIGNEUR DE L’ANNEAU





"Mon boulot, c’est de ne pas avoir peur."

"Son pouvoir est sans limite" nous dit l’affiche du film, preuve que cette succession de super héros franchisés sur grand écran finit par faire perdre leur latin aux distributeurs eux-mêmes, qui sont bien en peine de savoir comment démarquer leur nouveau poulain de tous ses concurrents. Hal Jordan, fraîchement entré dans le corps des "lanternes vertes", Green lantern en vo, est donc un super héros au "pouvoir sans limite". Ce qui pour quelqu’un doté de supers pouvoirs, est confondant d’originalité, vous en conviendrez… en plus d’être très largement exagéré.

Il y a tout de même une manière de le distinguer de ses confrères en justaucorps et collants, c’est qu’il luit d’une lumière vert émeraude et porte un anneau magique capable de conférer un immense pouvoir (sans limite, on vous dit) à celui qui le porte, mais qui a besoin d’être rechargé régulièrement. Dans une lanterne de couleur verte elle-aussi. D’où le nom du personnage.

On a l’air de se moquer comme ça, mais en réalité, il y a de quoi être frustré par cette adaptation poussive et bâclée du comics publié dès 1940 chez DC Comics. Pas que le matériau d’origine confine forcément au chef d’œuvre, mais puisqu’il s’agit de la première adaptation "live" de la série, Warner avait tout à inventer. Au lieu de quoi, le film croule sous les clichés, du héros ("jeune con arrogant" avec un traumatisme d’enfance, qui devient un héros responsable, en moins de temps qu’il n’en faut pour se passer un anneau vert au doigt) à son ennemi (une grosse masse informe qui exhale la peur), en passant par l’intrigue (naissance et apprentissage sans excitation d’un héros sans panache) et la réalisation (molle et binaire). On aimerait s’intéresser aux personnages, mais on n’y arrive pas, faute d’éléments auxquels se raccrocher. Même l’action (le minimum syndical pour ce type de film) est réduite à quelques combats pas très folichons, vite remplacés par des séquences romantiques (le héros montre ses supers pouvoirs à sa fiancée) et viriles (le héros montre ses supers pouvoirs à son meilleur ami).

Quelques séquences spatiales permettent malgré tout de profiter de la 3D (toujours plus impressionnante au milieu des étoiles et des astéroïdes), et de l’effet délicieusement "star trek" généré par la présence d’Aliens de toutes sortes dans le corps des Green Lanterns. Effet qui confine parfois au grotesque, lorsque ce n’est pas au ridicule lorsque la pauvreté du scénario s’en mêle. Ridicule qui, comme chacun sait, ne tue pas. Aussi (puisque c’est la fête aux poncifs), gageons que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. On n’est donc probablement pas à l’abri d’un Green lantern 2.
 
mpm

 
 
 
 

haut