Glass clôt une trilogie commencée il y a 18 ans avec Incassable. Mélangé à Split, M. Night Shyamalan réussit son retour avec un film de genre, presque de série B, où le scénario et la mise en scène l'emportent sur les effets.



Ayka
Ben Is Back
Capri-Revolution
Colette
Doubles vies
Glass
Holy Lands
L'incroyable histoire du facteur Cheval
Le musée des au revoir
Le phallus et le néant
Mallé en son exil
The Front Runner
Une jeunesse dorée



Les Veuves
Assassination Nation
Les Confins du monde
Une affaire de famille
Utøya, 22 juillet
Spider-Man: New Generation
Roma
L'homme fidèle
Wildlife, une saison ardente
Grass
Les invisibles



Bohemian Rhapsody
Cold War
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Amanda
Le Grinch
Les héritières
Robin des Bois
Voyage à Yoshino
Astérix - Le secret de la potion magique
Leto
Pupille
Mortal Engines
Pachamama
Rémi sans famille
Asako I & II
Aquaman
Bienvenue à Marwen
Mirai, ma petite soeur
Le retour de Mary Poppins
Premières vacances
Monsieur
The Bookshop
The Happy Prince
Undercover - une histoire vraie
Border
Creed 2
Edmond
L'ange
L'heure de la sortie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Toutes nos envies


France / 2011

09.11.2011
 



ILS VONT MAL MAIS ON NE S'EN FAIT PAS





"Le crédit, c'est la consommation. La consommation, c'est le système. Alors on ne touche pas."

Au départ, le découpage est serré. Une scène familiale anodine, puis une rencontre fortuite à la sortie d'une école, une séance au tribunal, un rendez-vous médical. En quatre séquences, Philippe Lioret a posé presque tous les enjeux de son film, des enjeux à la fois humains (une mère touchée par la maladie) et sociaux (une autre mère en situation d'extrême pauvreté, harcelée par des créanciers et menacée d'expulsion). Comme souvent, le réalisateur part d'histoires toutes simples, ancrées dans notre réalité quotidienne, pour aller vers des thèmes universels et exemplaires. En s'appuyant avant tout sur des destins particuliers, il trace à grands traits un état des lieux de notre société. Cette fois, après la question douloureuse des migrants en situation irrégulière (Welcome), il prend donc à bras-le-corps le problème du crédit revolving et de la spirale du surendettement. Avec, en arrière fond, une réflexion sur le rôle de la justice et sur le mirage de la consommation forcenée. Sans jamais paraître didactique ou simpliste, le réalisateur parvient ainsi à faire passer quelques messages essentiels sur la manière dont fonctionnent ces crédits accessibles à tous à des taux souvent exorbitants et sur le système qui les pérennise.

On imagine sans peine les difficultés qui ont présidé à l'adaptation du foisonnant roman d'Emmanuel Carrère, D'autres vies que la mienne, dont est tiré Toutes nos envies. D'ailleurs, Philippe Lioret revendique les libertés qu'il a prises avec l'original. Mieux, il assume la "trahison" effectuée avec la bénédiction de l'auteur.

Pourtant, le scénario semble garder les stigmates de cette réinterprétation, surtout dans sa seconde partie. Comme s'il ne parvenait pas à déterminer son sujet central, oscillant entre le drame du surendettement et la tragédie de la maladie. Tant que l'on est dans l'action, le grand écart entre les deux fonctionne. On ne se formalise pas trop du traitement expéditif apporté aux personnages, notamment à Céline, archétype de mère isolée forcément fragile, et à Christophe, mari un peu benêt. Mais dès que l'intrigue ralentit, c'est tout le film qui s'essouffle. Ce fameux sentiment d'urgence qui rendait la première partie énergique et prenante se dilue.

Même sans pathos et avec une caméra qui sait se faire discrète, la progression de la maladie de Claire devient alors assez convenue. On voit venir de loin le dénouement, confirmé par quelques passages appuyés comme la transmission du parfum porté par la jeune femme, à la fois symbolique et naïf. L'idée était jolie (quoiqu'assez dirigiste) mais, dans le drame, on avait connu Philippe Lioret plus léger, et surtout plus elliptique.

Immanquablement, Toutes nos envies souffre de la comparaison avec Welcome qui, dans le même genre, atteignait des sommets d'équilibre entre humanisme et réalité, entre histoire intime et destinée universelle. Toutefois, chaque film ne vaut que par lui-même, et celui-ci n'en demeure pas moins un instantané fidèle mais troublant de l'époque dans laquelle nous vivons. A la fois dénonciation d'un état de faits scandaleux, témoignage de destins individuels plus soucieux du bien être d'autrui que du leur et message d'espoir humaniste, il confirme le talent de Philippe Lioret pour un cinéma intelligent et engagé.
 
MpM

 
 
 
 

haut