Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 648

 
La femme du Vème (The Woman in the Fifth)


France / 2011

16.09.2011
 



MYSTERIOUS MAN





«- Tu n’es pas normal. »

Pawel Pawlikowski a sans doute été trop ambitieux de vouloir intégrer un polar de Douglas Kennedy dans son univers, en essayant de respecter deux codes, le thriller et le métaphysique, antagonistes.
On est rapidement aussi paumé que le personnage principal. De l’atmosphère inquiétante (son métier, son amante, son passé), un peu intrigante, nous arrivons vite dans un brouillard confus pour finir le nez dans le mur.
Ethan Hawke campe un homme énigmatique. On le sait violent, il est peut-être fou, il semble dépressif, il inquiète autant qu’il touche. On ne saura pas grand chose de lui. Il est flou, comme la focale qui ne fait pas le point sur l’homme, qui ne précise pas l’environnement. Tout est brumeux.
Comme dans L’homme qui voulait vivre sa vie, d’après un autre roman de Kennedy, le héros se voit catapulter dans un univers étranger, où il repart à zéro.

Entre fantasmes dans les beaux quartiers (celui de retrouver son rôle de père, celui de vivre une histoire passionnelle irréelle) et vie misérable, démuni complètement (hormis cette girafe en peluche, belle image), dans les faubourgs louches de la capitale, c’est l’Homme qui voit sa vie changer. Ou sa folie l’envahir. Mais le cinéaste noie tout cela dans une déferlante d’onirisme et d’imaginaires parallèles. Film de voyeur (le père et sa fille, sa caméra de surveillance), de « fantasmeur » (l’écrivain et sa muse), d’étranger (l’américain et la polonaise, l’américain et l’hongroise), de conteur (l’évasion dans la forêt et la nature quand il écrit pour s’évader de son bunker physique et de sa prison mentale), il ne parvient pas forcément à maintenir l’équilibre entre tous ces paramètres. On est davantage séduit par sa rencontre ténébreuse avec la femme du Ve étage, diablesse tentatrice exquise, finalement assez anecdotique, mais esthétiquement et cinématographiquement plus intéressante que tout le reste. Mais on ne comprend pas les baisses de rythmes entre certaines séquences.

Hésitations qui relâchent la tension et ne nous permettent pas d’être captivés par un histoire qui aurait pu être sanglante ou tragique, romantique ou suicidaire. Sa rage qu’il freine, sa liaison avec une femme fatale, sa vie dans un hôtel miteux aux rencontres improbables nous intéressent plus que ses digressions allégoriques : insectes en tout genre, étranges pratiques saignantes dans le bunker, ….

Et si « le malheur est un bon stimulant », sa souffrance ne nous stimule jamais. La tension a beau monté, l’étau se resserré, le mystère s’épaissir, tout retombera à plat. Si ce n’était qu’un (mauvais) rêve, il est raté. S’il s’agit du portrait d’un homme malade, il est maladroit.
A force de ne livrer aucune explication, de nous laisser dans l’interprétation, le film n’est qu’un mirage dont on ressort plus anesthésié que bousculé. Il est étonnant qu’un film rempli d’ardeurs (charnelles, pulsionnelles, paternelles) laisse le spectateur aussi froid.
 
vincy

 
 
 
 

haut