Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 33

 
Extrêmement fort et incroyablement près (Extremely Loud & Incredibly Close)


USA / 2011

29.02.2012
 



INDENIABLEMENT FAIBLE





« - Je trouve plein de choses bizarres. Beaucoup de gens me trouvent bizarre. »

On l’avait déjà ressenti avec The Reader : le cinéma de Stephen Daldry devient pesant. A flirter avec un sujet équivalent à celui d’Hugo Cabret (le deuil du père, un monde imaginaire, la quête d’un trésor qui n’est pas celui qu’il croit), Extrêmement fort et incroyablement près souffre de la comparaison tant le film manque de magie.

On peine à croire que le réalisateur de Billy Elliot ait à ce point manqué de punch et de fantaisie avec une trame si ludique. La confrontation d’un fantôme planant dans le monde des morts et d’un gamin enfermé dans sa bulle. Ses pyjamas affreux, ses tocs, font de ce surdoué un peu autiste, très menteur et indéniablement malin, un fabuleux personnage de cinéma. Mais il s’essouffle vite tant le scénario manque de nerfs, malgré des personnages secondaires intéressants, mais souvent trop furtifs.

Le comble est bien d’avoir un film sur le pouvoir de l’imagination qui manque à ce point d’inspiration. Si encore il y avait la fantaisie visuelle et verbale d’un Gondry ou d’un Jeunet pour nous dicertir.

Mais « EFIF » s’enfonce dans le mélo, avec un père mort dans les Tours un 11 septembre, une mère incapable de consoler et de communiquer avec son fils, une grand mère un peu négligée par le script, un grand père formidable mais cantonné à son rôle de guide ; sans oublier tous ces visages new yorkais dont le film semble vouloir être un portfolio rendant hommage à une population meurtrie par l’acte terroriste du World Trade Center.

Rien n’est manié avec subtilité : ni le rapport entre la chasse au trésor et la fuite du réel, ni les allers retours dans le temps (bien mieux maîtrisés dans The Hours), ni même le message sous-jacent (faire face à ses peurs, tout n’a pas un sens, etc…). On s’agace même de cette quête obsessionnelle et du dysfonctionnement du gosse qui prennent l’ascendant sur le conte qu’il aurait pu être.

Le découpage reste intéressant, chaotique, et offre parfois quelques séquences fortes émotionnellement (les messages enregistrés sur le répondeur téléphonique) mais se diluent rapidement dans d’autres plus insignifiantes, manquant souvent de dramaturgie. De lh’éritage ou de la transmission, on ne voit pas très bien ce que le cinéaste préfère nous léguer. La quête du père et l’enquête du fils aboutissent même à un paradoxe : l’amour de la mère. Tout s’est effondré ? Non, une vaillante femme résiste encore et toujours à la douleur. Et c’est là le seul éclat du film : Sandra Bullock. Absente une grande partie du film, elle y revient pour nous révéler à quel point elle était extrêmement aimante et incroyablement présente. Elle porte à elle toute seule le poids de l’émotion et la lumière d’un film qui a cherché son éclairage durant deux heures, en vain.
 
vincy

 
 
 
 

haut