Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 26

 
Bellflower


USA / 2011

21.03.2012
 



MAD(AME) MAX





"Tout a une fin."

Bellflower est un film âpre et audacieux comme on en voit trop rarement. En perpétuelle recherche d’une écriture cinématographique qui soit parfaitement adaptée à l’histoire qu’il veut raconter (une passion amoureuse qui balaye tout sur son passage), Evan Glodell dynamite codes de mise en scène et tradition narrative, quitte à flirter avec un cinéma parfois expérimental. Même la photographie du film a une esthétique propre, comme légèrement déformée, grâce à l’utilisation de caméra spécialement fabriquées par le cinéaste lui-même. Cela donne une juxtaposition de fragments d’images, de scènes et de dialogues qui plongent le spectateur dans un univers déconnecté de tout repère.

Ce montage éclaté qui emprunte aussi bien au clip qu’à la bande-annonce, joue également sur l’alternance entre dialogues, musique et silence, parfois au cœur d’une même séquence. Le travail sur le son, qui s’interrompt brutalement en plein milieu d’une phrase, ou se prolonge au contraire sur la séquence suivante, créé un effet de disjonction spatio-temporelle gommant toute notion de réel. L’obsession des deux personnages pour l’univers de Mad max et leur certitude que la fin du monde est pour bientôt ajoutent à ce sentiment que l’on est hors du temps, dans un microcosme étrange où se mêlent fantasmes et réalité.

La liberté de ton du jeune cinéaste est définitivement enthousiasmante, d’autant qu’elle est mise au service d’une intrigue presque classique. L’histoire d’amour entre Woodrow et Milly est immédiatement présentée comme dévastatrice, le jeu des flash-backs et du chapitrage renforçant l’impression d’assister à une tragédie programmée. On peut avoir des réticences sur le scénario, qui manque de cohésion dans sa seconde partie, mais à ceux qui osent tout, il sera beaucoup pardonné. La fantaisie débridée de Bellflower et sa maîtrise formelle en font l’un de ces rares films dont l’énergie, même imparfaite, vaut mieux qu’une perfection empesée.
 
MpM

 
 
 
 

haut