Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
Bellflower


USA / 2011

21.03.2012
 



MAD(AME) MAX





"Tout a une fin."

Bellflower est un film âpre et audacieux comme on en voit trop rarement. En perpétuelle recherche d’une écriture cinématographique qui soit parfaitement adaptée à l’histoire qu’il veut raconter (une passion amoureuse qui balaye tout sur son passage), Evan Glodell dynamite codes de mise en scène et tradition narrative, quitte à flirter avec un cinéma parfois expérimental. Même la photographie du film a une esthétique propre, comme légèrement déformée, grâce à l’utilisation de caméra spécialement fabriquées par le cinéaste lui-même. Cela donne une juxtaposition de fragments d’images, de scènes et de dialogues qui plongent le spectateur dans un univers déconnecté de tout repère.

Ce montage éclaté qui emprunte aussi bien au clip qu’à la bande-annonce, joue également sur l’alternance entre dialogues, musique et silence, parfois au cœur d’une même séquence. Le travail sur le son, qui s’interrompt brutalement en plein milieu d’une phrase, ou se prolonge au contraire sur la séquence suivante, créé un effet de disjonction spatio-temporelle gommant toute notion de réel. L’obsession des deux personnages pour l’univers de Mad max et leur certitude que la fin du monde est pour bientôt ajoutent à ce sentiment que l’on est hors du temps, dans un microcosme étrange où se mêlent fantasmes et réalité.

La liberté de ton du jeune cinéaste est définitivement enthousiasmante, d’autant qu’elle est mise au service d’une intrigue presque classique. L’histoire d’amour entre Woodrow et Milly est immédiatement présentée comme dévastatrice, le jeu des flash-backs et du chapitrage renforçant l’impression d’assister à une tragédie programmée. On peut avoir des réticences sur le scénario, qui manque de cohésion dans sa seconde partie, mais à ceux qui osent tout, il sera beaucoup pardonné. La fantaisie débridée de Bellflower et sa maîtrise formelle en font l’un de ces rares films dont l’énergie, même imparfaite, vaut mieux qu’une perfection empesée.
 
MpM

 
 
 
 

haut