Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 8

 
W.E.


USA / 2011

09.05.2012
 



EN VOGUE





Qui ne connaît pas la célèbre histoire d'amour d’Édouard VII?
Apparue dans une partie du magnifique et oscarisé Le discours d'un Roi, cette histoire d'amour défendu et presque impossible a maintenant, grâce à Madonna, le droit d'avoir son long métrage à lui. En effet, pour son second passage derrière la caméra, l'interprète de Holidays, Like a Virgin ou La isla Bonita, a imaginé un film sur deux époques, plutôt fin, retraçant l'amour de ce roi déchu à une américaine divorcée et qui finira par renoncer à ses fonctions pour sa dulcinée.

Les blessures amoureuses des années 30 font échos aux malheurs amoureux de cette femme passionné par cette exposition les concernant dans les années 90. Nous faisant basculer de Walis à Wally, d'une période à une autre, WE réussit au premier abord, finit par nous donner le tournis. Les allers-retours perpétuels gâchent quelque peu ce film qui partait d'un bon sentiment. Sentiment qui, d'époque en époque, attise chez l'humain les mêmes maux... L'amour n'a jamais été facile que vous soyez à Londres en 1936 ou à New York en 1998. La Madonne aurait pu aller plus loin dans le sulfureux, nous faire un parallèle plus approfondi sur la transgression des codes moraux. Elle a préféré l'eau de rose et la fleur bleue.
 
cynthia

 
 
 
 

haut