Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 32

 
Les Seigneurs


France / 2012

19.09.2012 (Bretagne) ; 26.09.12 (Reste de la France)
 



CARTON ROUGE





"- J'peux rien vous garantir mais j'vais tenter quelque chose."

Les Seigneurs, malheureusement, est le symptôme et le symbole de ce que le cinéma français fait de moins bon et de plus caricatural en matière de comédie ; pourtant, on est prêt à parier, avec son casting quatre étoiles façon Coupe du monde, il fera certainement un énorme score au box-office.

Il est très décevant de se retrouver devant un film de ce genre en sachant qu'il y a en tête d'affiche des acteurs qui ont prouvé leur valeur par le passé. JoeyStarr s'est illustré avec brio dans Polisse, Omar Sy fut impeccable dans Intouchables (pour lequel il a reçu le César du Meilleur acteur) et Gad Elmaleh sera bientôt à l'affiche du prochain Costa-Gavras intitulé Capital. Mais tous ici jouent la carte de la facilité :un film fait entre potes, parenthèse entre des projets plus sérieux. Des vacances en Bretagne où chacun peut camper un personnage caricatural directement issu de leur propre personnalité (et de l'humour qu'on leur connaît). Gad Elmaleh fait du Gad Elmaleh, idem pour Frank Dubosc qui joue un kéké et JoeyStarr s'amuse en brute épaisse. Seuls Jean-Pierre Marielle et José Garcia (surtout José Garcia) offrent de belles performances, avec un peu plus de nuances.

Il est affligeant de voir qu'un tel scénario puisse être toléré par un aussi grand nombre de talents (et un distributeur comme Warner Bros). Les personnages ne sont que des clichés ambulants, l'humour est potache et l'histoire tente de jouer la carte de la crise pour être d'actualité. En se servant de la Bretagne (ce "trou" comme le qualifie José Garcia), Olivier Dahan (décidément peu inspiré) réalise une sorte de Bienvenue chez les ch'tis chez les Celtes.

Le problème du film est qu'il s'embourbe dans de vieilles recettes. Un match sans audace, sans élan, sans panache. Les Seigneurs ont la prétention de vouloir faire revivre (au cinéma cette fois-ci) le triomphe de l'équipe de France de football en 1998, avec l'envie nostalgique de faire partager la passion du football. Au final, le film s'apparente bien plus à la coupe du monde de 2010. On demande la démission du réalisateur et la suspension de l'équipe toute entière. Et surtout qu'ils restent dans le bus!

Non seulement Les Seigneurs manquent le cadre, mais en plus, il n'y a pas d'autre solution que de les expulser du terrain.
 
benjamin

 
 
 
 

haut