Avec Tolkien n'est pas seulement le récit de la jeunesse du célèbre écrivain, incarné par Nicholas Hoult. C'est aussi un assemblage des influences et inspirations qui ont conduit l'auteur à écrire la saga culte du Seigneur des anneaux.



Anna, un jour
Beaux-parents
Bernard Natan, le fantôme de la rue Francœur
Bunuel après l'âge d'or
Child's Play
Contre ton cœur
Dirty God
Le choc du futur
Le Daim
Les Frenchmen
Little
Nevada
Noureev
Porte sans clef
Silence
Tolkien



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir



Triple frontière
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 29

 
Taken 2


France / 2012

03.10.2012
 



TÊTES DE TURCS<





Après un premier opus plutôt réussi, l'agent «on ne touche pas à ma fille» reprend du service, plus remonté que jamais. Liam Nesson casse à tout va, puisqu'aucune tête de Turcs ne lui revient. Pour la seconde fois, afin de sauver sa famille, il ne ménage pas ses efforts. Si le premier volet de Taken nous maintenait en haleine avec ses faux airs de Jason Bourne, celui-ci nous plombe la séance avec son côté «déjà vu» et ses situations abracadabrantes. Avec ces grands vides, l'histoire devient incohérente, sur fonds de clichés. Y-a-t'il un scénariste dans la prod?

Avec des technologies à renvoyer MacGyver chez Bricorama et son inébranlable combat survivre façon Highlander, le personnage de Liam Neeson devient irréel, désincarné, trop fictif pour être crédible. Avant il était "Mon père ce héros", celui que tout le monde voudrait avoir, mélange d'humanité et de force qui séduisait toutes les ménagères de plus de 30 ans. Dans cette suite, il se transforme en surhomme et perd toute crédibilité. N'est pas James Bond qui veut. On pourrait même s'attendre à ce qu'il sauve l'humanité avec une allumette, tant les situations par lesquelles il passe sont peu plausibles.

Comble du comble, le réalisateur n'a rien trouvé de mieux à faire que de plagier la scène de début du film Drive en utilisant la même musique et la même situation. Clin d'œil? hasard? Ou tout simplement une imagination flemmarde préférant reprendre les séquences dans l'air du temps? Peu importe, on ne touche pas au classique. Crime de lèse-majesté. Bien sûr cela n'enlève rien à cet honnête divertissement. Mais tout cela semble aussi vain qu'inutile, hormis peut-être le fait de placer l'histoire dans une Istanbul dépaysante, comme on l'a rarement vue dans les blockbusters occidentaux.

Mais après avoir vu Taken 2, on se dit que le cinéma c'est comme le poker : il faut savoir s'arrêter à temps.
 
cynthia

 
 
 
 

haut