Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde. sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | istanbul escort | sex toys | vibrators



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
Insensibles


Espagne / 2012

10.10.2012
 



INDIFFÉRENCE





Sorte de long-métrage clinquant d'un cinéma espagnol qui se recycle dans le style avec un académisme ronflant, Insensibles, complètement typique s'il en est (et quand bien même il cherche à donner l'impression du contraire) se dote au moins d'un budget conséquent, de sorte à livrer une oeuvre joliment photographiée. Mais ça ne fait pas tout.

Passé le visuel du film plutôt réussi, l'histoire reste boiteuse et ne manque jamais un instant pour s'éparpiller et rajouter une foule de détails à son intrigue familiale dont le twist ultra convenu est deviné dès le début du film. Tout ça pour ça. Des enfants insensibles, on exploite seulement la douleur (arrachage d'ongles, c'est gratuit), les larmes (triste enfant muselé enfermé à vie dans une prison, errant comme une âme en peine dans l'obscurité environnante), et c'est tout.
Le film ne parvient jamais à surmonter son paradoxe : avec cette exploitation des enfants, Juan Carlos Medina voudrait faire un film difficile et transgressant l'idée selon laquelle les enfants restent intouchables au cinéma. or, au bout du compte, ils le sont toujours d'une certaine manière dans Insensibles. Le postulat de base ne repose que sur cela, s'attirant non sans mal les faveurs de la ménagère (si elle va voir le film, ce qui n'est pas sûr) grâce au sadisme apparent de certains passages.

Tout juste peut-on noter l'habituelle histoire casée dans un cadre socio-politique poussiéreux, sans grand intérêt si ce n'est de contraster avec l'insensibilité, finalement, à la douleur des autres, de l'enfant devenu machine guerrière. Bref, n'est pas Del Toro qui veut. Le pire étant que le film navigue entre passé et présent, non sans mal, pour dresser une histoire incroyablement abracadabrantesque formatée pour plaire à un vaste public.

Formaté d'un bout à l'autre, même s'il n'est pas tant conventionnel, Insensibles déçoit et ennui terriblement à force de s'embourber dans une narration gigogne dont il ne ressort guère grand chose.
 
mathieu

 
 
 
 

haut