Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
Insensibles


Espagne / 2012

10.10.2012
 



INDIFFÉRENCE





Sorte de long-métrage clinquant d'un cinéma espagnol qui se recycle dans le style avec un académisme ronflant, Insensibles, complètement typique s'il en est (et quand bien même il cherche à donner l'impression du contraire) se dote au moins d'un budget conséquent, de sorte à livrer une oeuvre joliment photographiée. Mais ça ne fait pas tout.

Passé le visuel du film plutôt réussi, l'histoire reste boiteuse et ne manque jamais un instant pour s'éparpiller et rajouter une foule de détails à son intrigue familiale dont le twist ultra convenu est deviné dès le début du film. Tout ça pour ça. Des enfants insensibles, on exploite seulement la douleur (arrachage d'ongles, c'est gratuit), les larmes (triste enfant muselé enfermé à vie dans une prison, errant comme une âme en peine dans l'obscurité environnante), et c'est tout.
Le film ne parvient jamais à surmonter son paradoxe : avec cette exploitation des enfants, Juan Carlos Medina voudrait faire un film difficile et transgressant l'idée selon laquelle les enfants restent intouchables au cinéma. or, au bout du compte, ils le sont toujours d'une certaine manière dans Insensibles. Le postulat de base ne repose que sur cela, s'attirant non sans mal les faveurs de la ménagère (si elle va voir le film, ce qui n'est pas sûr) grâce au sadisme apparent de certains passages.

Tout juste peut-on noter l'habituelle histoire casée dans un cadre socio-politique poussiéreux, sans grand intérêt si ce n'est de contraster avec l'insensibilité, finalement, à la douleur des autres, de l'enfant devenu machine guerrière. Bref, n'est pas Del Toro qui veut. Le pire étant que le film navigue entre passé et présent, non sans mal, pour dresser une histoire incroyablement abracadabrantesque formatée pour plaire à un vaste public.

Formaté d'un bout à l'autre, même s'il n'est pas tant conventionnel, Insensibles déçoit et ennui terriblement à force de s'embourber dans une narration gigogne dont il ne ressort guère grand chose.
 
mathieu

 
 
 
 

haut