Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. www.reeftiger.fr



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Dans la maison


France / 2012

10.10.2012
 



MAISONS HANTÉES





Dans la maison est un de ses films maniérés et distants que François Ozon apprécie tant. Il y a tant d'application que sa minutie peut sembler glaciale. Sans atteindre la perversion ultime de Gouttes d'eau sur pierres brûlantes et en s'approchant davantage des films de James Ivory qu'avec son kitsch Angels, le cinéaste joue avec les codes pour mieux troubler le spectateur.
Le héros, tout droit sorti d'un roman d'homosexuel refoulé ou caché (au choix Mort à Venise ou Dorian Gray), avec sa candide blondeur et son prénom androgyne, n'est finalement que le double fantasmé du cinéaste, s'amusant à transformer son réel en illusions.
Même le nom du lycée, Flaubert, nous renvoie à un autre siècle. Mais Dans la maison est plus contemporain qu'il n'y paraît. La charge érotique (et narcissique), le caractère aguicheur du personnage adolescent, et la double lecture du titre du film (la maison du professeur, et celle que l'élève visite au gré de ses aventures) produisent un drôle d'effet au spectateur : la fascination, l'envie, l'admiration et le désir sont vite atténués par un aspect plus clinique, plus cartésien. Comme si Ozon ne souhaitait pas concrétiser son fantasme. Comme si l'imaginaire devait rester dans les eaux mouvantes de nos esprits.
Dans ce labyrinthe entre réel (une classe moyenne mortifère) et aspiration (une destinée sentimentale), le film ne sait s'il doit analyser les faits ou se laisser porter. Fiction Ordinaire ou film subliminal et suggestif.

Ozon préfère nous laisser avec nos interrogations. Ainsi on ne sait pas si le professeur (Luchini, un peu excessif, par rapport à son épouse, scott-Thomas, parfaite) est amoureux de son élève ou s'il lui sert de fils de substitution.Mais le réalisateur a de la ressource. En introduisant un virus bien vivant dans un corps en déclin, il nous interpelle sur la routine et l'existentialisme qui fuient aussi rapidement que le bonheur, nous condamnant à attendre la mort.
Ironique et cruel, intriguant et monstrueux, ce film noir réussit à nous toucher; sans doute parce que le réalisateur ne juge aucun de ces êtres responsables de leurs propres sorts et mis face à leur vérité par un ado, magnifique Ernst Umhaueur, dont on désire toucher la peau quand on sait qu'on ne peut qu'en caresser l'image.
 
vincy

 
 
 
 

haut