Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
The Hi-Lo Country


USA / 1998

23.06.99
 



HAUT BAS FRAGILE





Salué par un Ours d'argent pour la meilleure mise en scène au dernier Festival de Berlin, cette comédie dramatique réalisé par l'anglais Stephen Frears nous entraîne dans un thème jamais encore exploré par le célèbre cinéaste british : l'Ouest américain et ses cow-boys.
En effet, le réalisateur de My beautiful Laundrette, s'aventure dans le genre western en plein Nouveau Mexique. Stephen Frears nous montre l'Amérique profonde avec ses fermiers élevant des troupeaux de bêtes à cornes sur plusieurs milliers d'hectares, deux amis cow-boys interprétés tant bien que mal par Billy Crudup, pas vraiment à l'aise dans ses bottes de cow-boy, et Woody Harrelson, forçant des airs Wayniens, encadrant les vaches sur les hauts plateaux du Nouveau Mexique. On nous montre l'évolution du travail des fermes américaines de l'époque avant guerre (39/45) où le marché de la viande battait son plein de profit, démontrant l'agriculture de masse et l'après guerre où des "big farmers" comme Ed Love joué par Cole Hauser ont su tirer parti des petits fermiers cribblés de dettes à cause de la chute du prix de la viande à cette période.
Ce film à le goût du western, à la couleur du western... mais ce n'est pas un western réussit. On sent que le cinéaste s'est inspiré d'un John Ford dans la vision des grands espaces, de l'image mythique du bon vieux cow boys ramenant ses bêtes à la ferme, festoyant et se bagarrant au saloon, l'heritage familliale du métier de cow-boy, l'amitié, la trahison du jeune frère de Big Boy... sans retransmettre une sensation au spectateur. Dommage. On reste sur sa faim.
De plus, on notera une certaine lenteur dans les séquences. Par contre, une légère intrigue sauve le films où l'incurtion de la talentueuse Patricia Arquette jouant la belle Mona femme du puissant fermier Ed Love, manipulant d'abord Pete Calder avec ses sentiments, et le trompe en sortant avec son meilleurs ami, Big Boy Matson. C'est méchamment exquis et on repense tout de suite aux Liaisons dangeureuses, qui restera la référence du réalisateur.
 
bertrand

 
 
 
 

haut