Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Marriage Story
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Hannah Arendt


Allemagne / 2012

24.04.2013
 



« C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal. » Hannah Harendt





Margarethe Von Trotta nous livre un semi-biopic étonnant sur une figure majeure de la pensée philosophique et politique, une plongée déconcertante d’intimité dans la vie d'Hannah Arendt : sa pensée, ses déchirures, ses joies, ses amour. En situant l'action à un moment polémique, en 1961, au moment du procès d'Adolf Eichmann, responsable de la déportation de millions de juifs, et malgré un aspect qui peut sembler quelque peu romancé, notamment sur la relation Arendt/Heidegger, la réalisatrice frappe fort et nous dresse le portrait d'une femme engagée, sensible mais sans concession. En proposant au New Yorker de couvrir l'évènement pour "s'acquitter d'une obligation vis-à-vis de son passé", la philosophe va se mettre en péril à tous les niveaux.

Si la qualité de la réalisation est contestable car quelque peu labile et souvent laborieuse au travers d'une reconstitution d'époque qui laisse globalement à désirer, on ne peut en revanche que saluer l'initiative de l'hommage rendu et l'effort manifeste de documentation (la réalisatrice a d'ailleurs eu des contacts avec l'entourage d'Hannah Arendt). Malgré l'importance donnée à cet aspect historique, ce qui l'intéresse dans la réalisation d'un tel biopic, c'est bien la contemporanéité de la pensée de la philosophe.

L'angle d'approche via la polémique est courageux tant la douleur est encore présente. Rien ne nous est épargné quant aux atrocités commises, ni la posture adoptée par Arendt qui crée la dissidence par son absence d'affectivité, favorisant l'objectivité. Femme de conviction et pleine de probité, elle dérange car elle ne dit pas ce qu'on attend d'elle et paraît presque prendre la défense d'Eichmann, "individu effroyablement normal qui n'a fait qu'obéir aux ordres", en somme un banal antihéros. Dire toute la vérité est en effet son seul but et ce procès s'inscrit dans ses réflexions sur la banalité du mal, concept qui sera au cœur de la philosophie de l’ancienne étudiante de Heidegger. Entreprise difficilement acceptée et encore moins saluée de la part de ceux qui attendent et préfèrent les paroles apaisantes et la désignation d’un coupable auquel infliger un sévère châtiment.

Mais, peu consensuelle, Hannah affronte l'espace publique - qui lui n'est pas à la recherche de la pensée mais d'un coupable à faire payer - sans faillir. En ce sens, le film a justement ce mérite de montrer ce conflit omniprésent à travers toute l'histoire entre espace public et pensée intellectuelle, la volonté de vérité étant toujours irritante pour la souffrance à vif qui aspire à un soulagement et une rédemption par la vengeance.

Pourtant, Arendt, si elle ne veut pas subordonner son jugement et sa réflexion à la seule loi de l'affect, ne se débarrasse pas pour autant de son désarroi tragique, et ouvre au contraire de nouvelles perspectives d'actions et de pensées. L'antisémitisme a atteint un point d'irréalité et c'est ce point qu'elle entend expliciter en montrant à quel point il est une pure absence de pensée, bien qu'elle peine à se faire entendre par le plus grand nombre au cours de ce procès, si bien qu'elle sera elle-même soupçonnée de nazisme...

Barbara Sukowa est étonnamment convaincante dans ce rôle qui demande à la fois du charisme, de l'aplomb et du cœur. On retiendra notamment la longue scène de fin dans l’amphi où elle relate le procès à ses étudiants et ses conséquences morales. Et malgré un physique assez éloigné de la véritable Hannah Arendt, elle parvient à nous offrir un portrait d'une justesse certaine et poignante. Celui d'une femme qui préfère l'errance à laquelle confine la question, qu'une fausse vérité à laquelle condamne une réponse non soumise à l'examen de la pensée.
 
Jules

 
 
 
 

haut