Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 10

 
Le repenti (El Taaib)


Algérie / 2012

10.04.2013
 



PLACE A LA CONCORDE





"Ne me remercie pas. Remercie la loi. La concorde civile."

Après des années de guerre civile, le gouvernement algérien a voté en 2000 une loi permettant aux combattants islamistes armés de bénéficier d’une amnistie, à condition de rendre les armes. C’est à ce moment-clef de l’histoire du pays que Merzak Allouache situe l’intrigue de son nouveau film. Il s’attache donc au parcours de l’un de ces repentis, Rachid, jeune homme au regard fuyant et sans cesse en mouvement dans un décor qui semble trop vaste pour lui. Le portrait qu'il en dresse n'a rien de glorieux.

Rachid a peur. Il est sale et affamé. Il refuse d’assumer ses années de clandestinité et nie toute implication dans les violences qui ont ensanglanté son pays. Ce n’est ni un fanatique, ni un idéologue. Pour lui, la lutte armée est une parenthèse à refermer, rien de plus. On peut ainsi le voir comme le représentant d’une jeunesse déboussolée, en perte de repères, mais aussi comme le symbole d’un pays qui veut faire table rase du passé, sans chercher à comprendre comment il en est arrivé là. Or comment aller de l’avant si l’on ne sait plus qui l’on est ?

Rachid (comme l’Algérie ?) a ainsi une marge de manœuvre plus que réduite. La police attend de lui qu’il collabore tandis que la famille de ses victimes potentielles veut se venger. Quoi qu’il fasse, où qu’il se tourne, Rachid est un traître. Il le sait, d’ailleurs. Il ne cherche ni à s’amender, ni à prétendre qu’une nouvelle vie est possible. C’est qu’il a un plan. Un plan à son image : sournois et honteux.

Dans toute la première partie du film, le réalisateur cultive un certain mystère. Ses scènes sont très courtes, peu signifiantes. Il abuse des ellipses, laissant volontairement hors champ tout ce qui pourrait aider le spectateur à comprendre ce qui se passe. Cela crée un suspense de plus en plus fort, une tension qui s’installe dans le récit et qui chacun mal à l’aise.

Malheureusement, lorsque la vérité est enfin révélée, au cours d’un road-movie aux rebondissements convenus, elle n'est pas à la hauteur des attentes générées. Bien sûr, l’exploitation que le personnage fait du malheur d’autrui est insupportable. Mais la manière dont Merzak Allouache la filme est si complaisante que cela porte préjudice à son propos. Tout est trop énorme pour émouvoir, et dénote une manipulation bêtement didactique.

Quant à la fin (purement gratuite), elle donne une désagréable impression de "tout ça pour ça". Une fois de plus, un bon sujet ne fait pas nécessairement un bon film. Surtout lorsqu’il est juste porté en étendard, sans rien pour l’étayer.
 
MpM

 
 
 
 

haut