Once Upon a Time... in Hollywood, 9e film de Tarantino, est reparti les mains vides de Cannes. Mais le public est bien présent. Et les Oscars sont en ligne de mire pour ce film nostalgique où le fantasme est au coeur de tout...



Good boys
Hauts perchés
L'affaire Pasolini
Late Night
Le déserteur
Les Baronnes
Ma famille et le loup
Mes autres vies de chien
Reza
Roubaix, une lumière
Scary Stories
Thalasso



Parasite
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre



Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Yves
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
A Very Englishman (The Look of Love)


Royaume Uni / 2013

19.06.2013
 



L’IMPATIENT ANGLAIS





"On est un îlot d'excellence dans un océan de médiocrité."

Paul Raymond, excentrique businessman ayant fait fortune avec des spectacles érotiques et un magazine pour adultes, est de ces personnages que Michael Winterbottom affectionne particulièrement : excessif, cabotin, un peu sale gosse, mais bourré d'humour et de charme. Logiquement, c'est à son fidèle complice Steve Coogan qu'il confie le rôle, le plaçant ainsi d'emblée dans la lignée de Tony Wilson (24h party people) et du Steve Coogan fictionnel découvert dans Tournage dans un jardin anglais et The trip. Et de fait, il y a une même frénésie, un même décalage ironique, chez tous ces personnages. Si ce n'est qu'un homme comme Tony Wilson faisait l'effet d'un loser magnifique, et que Paul Raymond a parfois quelque chose d'un winner antipathique. Suffisamment haut en couleurs, toutefois, pour porter le film sur ses épaules.

D'autant que la structure du scénario (pensé comme une succession de flash-back) place ce "biopic" sous le signe de la relation intense et conflictuelle que l'entrepreneur fantasque a entretenu avec sa fille chérie Debbie. Angle éclairant s'il en est, tant toute l'existence du personnage semble avoir eu comme but de demeurer, dans le coeur de la jeune fille, un super héros irrésistible. Paul Raymond incarne en effet le père en apparence idéal, attentionné et présent. Une certaine ambiguïté, pourtant, tempère ce portrait trop angélique.

Car Paul Raymond apparaît rapidement incapable d'entretenir une vraie relation sincère avec qui que ce soit. On le découvre notamment lors de deux scènes-clef le confrontant à deux autres de ses enfants : un fils qu’il n’a jamais reconnu, et un autre qu’il a abandonné très jeune. L’homme est en effet trop blasé, trop mesquinement obsédé par la réussite sociale pour s’intéresser sincèrement aux autres. Seul l’argent (et la jouissance qu’il permet) le préoccupe. C’est même son leitmotiv en toutes circonstances : après avoir perdu un procès colossal, au moment de briser (froidement) les ambitions artistiques de sa fille, et même face au deuil et à la douleur. Posture provocatrice, mais révélatrice. Car derrière la façade ironique d’un personnage revenu de tout, se cache l’angoisse secrète d’un homme lancé dans une course effrénée contre le vieillissement, l'ennui, la solitude et l'échec.

Pour raconter cette vie à cent à l'heure, Michael Winterbottom a choisi un style lui aussi effréné qui colle aussi bien au genre du biopic (raconter toute une vie en deux heures) qu'au personnage lui-même. Les scènes sont courtes, très découpées et montées "cut" les unes à la suite des autres. Comme une succession ininterrompue d'instantanés de vie qui finissent par esquisser la personnalité d'un homme dont l’existence, à l'image de ses spectacles, oscille entre vaudeville et paillettes. Une vitalité entraînante qui donne la sensation au spectateur d’être pris dans un tourbillon chatoyant de bons mots, de situations cocasses et de destins hors norme. Le personnage est peut-être "très anglais", mais le film, lui, est totalement universel.
 
MpM

 
 
 
 

haut