Avec Tolkien n'est pas seulement le récit de la jeunesse du célèbre écrivain, incarné par Nicholas Hoult. C'est aussi un assemblage des influences et inspirations qui ont conduit l'auteur à écrire la saga culte du Seigneur des anneaux.



Anna, un jour
Beaux-parents
Bernard Natan, le fantôme de la rue Francœur
Bunuel après l'âge d'or
Child's Play
Contre ton cœur
Dirty God
Le choc du futur
Le Daim
Les Frenchmen
Little
Nevada
Noureev
Porte sans clef
Silence
Tolkien



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir



Triple frontière
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Dans un jardin je suis entré (Nichnasti pa am lagan)


/ 2012

10.07.2013
 



SI LOINS, SI PROCHES





"- On est invité chez un arabe et il ne nous offre même pas d’houmous !
- C’est l’Arabe nouveau, l’Arabe révolutionnaire.
"

Dans un jardin je suis entré s’ouvre sur la poignée de mains, symbolique, entre Avi Mograbi et Ali Al-Azhari. Les deux hommes passent une sorte de contrat moral qui les place sur un pied d’égalité artistique durant l’élaboration du documentaire dont ils acceptent d’être les protagonistes. La démarche, réunir deux amis issus des deux camps ennemis, et les amener à confronter leurs histoires familiales, place le film sous le signe de la complicité, de l’autofiction et de l’utopie politique. On peut le lire à plusieurs niveaux, comme le récit d’une amitié entre deux hommes qui ont surmonté leurs différences, comme le commentaire à deux voix d’une histoire locale complexe, ou comme une confrontation de souvenirs personnels intimement mêlés aux grands événements internationaux.

Bien que la réalité présente ne soit pas évoquée frontalement, et uniquement sur le ton de l’autodérision, elle est malgré tout présente implicitement dans le regard mélancolique que les deux hommes portent sur leur passé. Mais la nostalgie n’est pas de mise, et Avi Mograbi privilégie volontairement l’optimisme et l’humour. Les deux personnages sont comme des collégiens jouant un mauvais tour à leurs parents, facétieux et faussement insouciants.

Pas d’angélisme pourtant dans ce portrait en creux d’une époque (révolue) de coexistence pacifique, qui conduit systématiquement au constat que tout a tragiquement changé. Yasmine, la fille d’Ali Al-Azhari (et de son épouse israélienne), apporte ainsi un contrepoint douloureux et sincère aux rêveries chimériques des deux adultes. Porteuse d’une double culture forcément compliquée à gérer, elle est comme un pont tendu entre les deux communautés. Mais elle est aussi celle qui souffre le plus violemment d’une situation qui est un perpétuel déchirement. Tandis que les deux adultes sont au-delà de toute indignation, elle est à fleur de peau, et offre la séquence la plus forte du film lorsqu’elle explose face à une pancarte, dans la ville natale de son père, qui interdit explicitement un parc d’enfants aux Palestiniens.

Il y a par contre de quoi être dérouté par l’aspect disparate du récit qui foisonne d’informations et de digressions, et mêle les époques et les personnages, les images d’archives et même une histoire complètement indépendante racontée de manière épistolaire par une voix-off féminine. Cette captation sur le vif de souvenirs et d’anecdotes hétéroclites rend l’intérêt inégal d’une séquence à l’autre. On est content d’être entré dans le jardin aux côtés des trois protagonistes du film, mais on regrette un peu que le chemin n’ait pas été plus balisé, et la promenade moins erratique.
 
MpM

 
 
 
 

haut