Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
Conjuring : Les dossiers Warren (The Conjuring)


USA / 2013

21.08.2013
 



TU NE HANTERAS POINT





James Wan, le réalisateur prometteur du surprenant - surtout par son dénouement - Dead Silence revient avec un nouveau film d'angoisse et dès la première séquence, il nous rappelle qu'il n'a rien perdu de son goût pour filmer les poupées aux visages énigmatiques.

On ne le dira jamais assez : le point fort de The Conjuring c'est qu'il s'inspire d’événements réels. Cet avertissement sur les affiches est devenu un procédé commun des film d'horreurs. Sauf qu'il y a ici des documents à l'appui : le couple Warren, Lorraine et Ed existe bien, tout comme leur activité respective de médium (pour elle) et d'exorciste (pour lui). La véritable Lorraine Warren a d'ailleurs été contactée par l'équipe du film et s'est montrée très impliquée dans le projet, jusqu'à se rendre sur le plateau de tournage.

La narration du film se situe donc sur deux niveaux : il présente brièvement la vie et les activités du couple et nous immerge ensuite dans l'histoire d'une famille qui s'installe dans une nouvelle maison. Ce recul permet de sortir du poncif des films de maison hanté ou nous n'évoluons toujours qu'avec les victimes des esprits. En revanche les véritables analyses de fond du phénomène ne sont que rarement proposées et livrées.

L'histoire s'ancre donc dans un réalisme troublant où tout l'enjeu est de ne pas en faire trop. Malheureusement James Wan n'y parvient pas toujours, surenchérit inutilement et un peu maladroitement à plusieurs moments dans la terreur conventionnelle quand il aurait justement gagné à faire dans la sobriété et la subtilité pour renforcer cet effet de réalisme et d'angoisse.

Au final on obtient un bon film de maison hantée et de possession, qui ne parvient cependant pas à s'échapper totalement des poncifs habituels. James Wan veut trop en montrer. Dommage. Bien sûr, le film replacé dans son contexte documentaire parvient à faire naître assez efficacement l'angoisse.

Il faut toutefois évoquer l'importance de la religion chrétienne qui parcoure tout le film et se clôt sur elle, une autre question peut naître : "les films de possession et de hantise sont-ils des apologies de la religion chrétienne?". La conclusion de celui-ci donne clairement envie de répondre par l'affirmative.
 
jules

 
 
 
 

haut