Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Conjuring : Les dossiers Warren (The Conjuring)


USA / 2013

21.08.2013
 



TU NE HANTERAS POINT





James Wan, le réalisateur prometteur du surprenant - surtout par son dénouement - Dead Silence revient avec un nouveau film d'angoisse et dès la première séquence, il nous rappelle qu'il n'a rien perdu de son goût pour filmer les poupées aux visages énigmatiques.

On ne le dira jamais assez : le point fort de The Conjuring c'est qu'il s'inspire d’événements réels. Cet avertissement sur les affiches est devenu un procédé commun des film d'horreurs. Sauf qu'il y a ici des documents à l'appui : le couple Warren, Lorraine et Ed existe bien, tout comme leur activité respective de médium (pour elle) et d'exorciste (pour lui). La véritable Lorraine Warren a d'ailleurs été contactée par l'équipe du film et s'est montrée très impliquée dans le projet, jusqu'à se rendre sur le plateau de tournage.

La narration du film se situe donc sur deux niveaux : il présente brièvement la vie et les activités du couple et nous immerge ensuite dans l'histoire d'une famille qui s'installe dans une nouvelle maison. Ce recul permet de sortir du poncif des films de maison hanté ou nous n'évoluons toujours qu'avec les victimes des esprits. En revanche les véritables analyses de fond du phénomène ne sont que rarement proposées et livrées.

L'histoire s'ancre donc dans un réalisme troublant où tout l'enjeu est de ne pas en faire trop. Malheureusement James Wan n'y parvient pas toujours, surenchérit inutilement et un peu maladroitement à plusieurs moments dans la terreur conventionnelle quand il aurait justement gagné à faire dans la sobriété et la subtilité pour renforcer cet effet de réalisme et d'angoisse.

Au final on obtient un bon film de maison hantée et de possession, qui ne parvient cependant pas à s'échapper totalement des poncifs habituels. James Wan veut trop en montrer. Dommage. Bien sûr, le film replacé dans son contexte documentaire parvient à faire naître assez efficacement l'angoisse.

Il faut toutefois évoquer l'importance de la religion chrétienne qui parcoure tout le film et se clôt sur elle, une autre question peut naître : "les films de possession et de hantise sont-ils des apologies de la religion chrétienne?". La conclusion de celui-ci donne clairement envie de répondre par l'affirmative.
 
jules

 
 
 
 

haut