Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 26

 
Le Dernier pub avant la fin du monde (The World's End)


/ 2013

28.08.2013
 



BOIRE ET DEBOIRES





"- Je n’ai rien bu depuis seize ans !
- Tu dois avoir soif, alors…
"

Présenté comme le dernier volet d’une trilogie comportant Shaun of the dead et Hot fuzz, Le dernier pub avant la fin du monde reprend en partie les éléments de ses prédécesseurs : autodérision, détournement des codes du genre (ici le film de potes doublé du film d’anticipation apocalyptique) et absence totale de prétentions.

Dès les premières scènes, l’argument de départ est si inexistant que le réalisateur masque sa minceur derrière une musique et un montage trépidants, voire épileptique. Cela ne l’empêche pas de délayer interminablement cette histoire de retrouvailles et de "barathon" pendant ce qui semble une éternité. Pendant ce temps, Simon Pegg (qui s’est apparemment écrit un rôle destiné à éclipser les autres acteurs) cabotine et en fait des tonnes. Autour de lui, les quatre autres comédiens, et notamment son complice de toujours, Nick Frost, jouent les faire-valoir un peu guindés, chacun coincé dans un stéréotype donné.

Il faut attendre la révélation que quelque cloche à Newton Haven pour que la partie réussie du film démarre enfin. Plus à l’aise dans la parodie de science fiction que dans celle de la comédie à la Very bad trip, Edgar Wright se moque gentiment des partisans de l’ordre établi, de l’incorrigible indiscipline de la race humaine et de l’immaturité crasse du héros. Le pub garde son image de refuge idéal (comme dans Shaun of the dead) et l’alcool semble être le carburant parfait pour se battre contre des hordes d’extra-terrestres invincibles, à l’image de la potion magique d’Astérix le Gaulois face aux méchants Romains, et dans un rapport de forces un peu identique.

Noyée au milieu de gags plus ou moins faciles qui jouent beaucoup sur le comique de répétition, surnage une thématique plus "sérieuse", celle de la déception face à une existence qui n’a pas tenu ses promesses. Le personnage pleure encore son avenir brillant parti en fumée et l’échec d’un parcours qui ne cesse de le ramener vers la nostalgie d’un âge d’or révolu. Ses péripéties à Newton Haven, la ville de son adolescence, apparaissent comme une manière d’infléchir l’histoire, et de prendre un nouveau départ. Ce qui, bien sûr, adviendra de la manière la plus inattendue, et la moins politiquement correcte. Il ne faut en effet pas compter sur Edgar Wright pour replacer son personnage sur le droit chemin (clairement présenté comme une existence terne et ennuyeuse), ou faire une croix sur la vision d’une jeunesse parée de toutes les qualités… Ce Dernier pub avant la fin du monde a ainsi définitivement quelque chose de régressif qui le rend éminemment sympathique, à défaut d’être vraiment réussi.
 
MpM

 
 
 
 

haut